TransN doit pouvoir vérifier elle-même l’identité des contrevenants

chargement

TRANSPORTS Pour décharger la police neuchâteloise, le Conseil d’Etat souhaite modifier une loi cantonale.

  29.11.2016, 01:25
Premium
Ce n’est plus la police, mais TransN qui, via une base de données, pourrait au besoin vérifier l’identité d’un contrevenant.

Environ 4000 par année. Soit plus de 10 par jour. C’est le nombre de vérifications d’identité soumises à la centrale téléphonique de la police neuchâteloise par les sociétés privées de sécurité mandatées par TransN. Il s’agit des vérifications auxquelles les agents de sécurité doivent parfois procéder avant de dénoncer l’infraction commise par un usager.

Le Conseil d’Etat veut décharger la...

À lire aussi...

CONJONCTUREL’économie neuchâteloise résiste mieux que prévu. Est-ce que ça va durer?L’économie neuchâteloise résiste mieux que prévu. Est-ce que ça va durer?

Gens du voyageDes gitans s’invitent à La Vue-des-Alpes et bousculent le gouvernement neuchâteloisDes gitans s’invitent à La Vue-des-Alpes et bousculent le gouvernement neuchâtelois

EconomieHuit projets d’économie de proximité aidés par le canton de NeuchâtelHuit projets d’économie de proximité aidés par le canton de Neuchâtel

PandémieCovid-19: Neuchâtel veut soutenir sa jeunesseCovid-19: Neuchâtel veut soutenir sa jeunesse

EnseignementLa HE-Arc ingénierie renforce son site Loclois, Microcity suitLa HE-Arc ingénierie renforce son site Loclois, Microcity suit

Top