19.02.2020, 11:16

Thierry Besancet, éleveur à Cernier: «La vente directe est plus rentable»

Premium
chargement
Thierry Besancet présente quelques-uns des morceaux de viande qu’il vend directement à la ferme.

Consommation L’opération «Février sans supermarché» met l’accent sur les autres formes de distribution. Comme la vente directe, privilégiée par l’éleveur Thierry Besancet, à Cernier. Rencontre.

Thierry Besancet s’est lancé dans la vente directe de viande en 2017. «Auparavant, tout partait chez notre grossiste. J’ai eu envie de contrôler de A à Z une partie des ventes.»

L’agriculteur de Cernier (qui cultive également des céréales) élève actuellement 17 vaches allaitantes. Sur ce nombre, environ 40% continueront d’être vendues à un grossiste. «Je dois passer obligatoirement par lui, en partie du moins, car l’âge des bêtes, et donc la période d’abattage, n’est pas étalé...

À lire aussi...

ConsommationVivre sans supermarché? Pas possible pour ces agriculteursVivre sans supermarché? Pas possible pour ces agriculteurs

GaspillageAlimentation: près de 14% des aliments perdus entre la ferme et le supermarchéAlimentation: près de 14% des aliments perdus entre la ferme et le supermarché

environnementLe premier supermarché européen sans aucun emballage plastique se trouve à AmsterdamLe premier supermarché européen sans aucun emballage plastique se trouve à Amsterdam

ConsommationUne Neuchâteloise livre ses leçons du "Mois sans supermarché"Une Neuchâteloise livre ses leçons du "Mois sans supermarché"

Top