02.10.2019, 12:45

Socialistes bernois, jurassiens et neuchâtelois unis pour que les cantons gèrent le congé paternité

chargement
Pas toujours facile d'être un papa présent.

Politique Les partis socialistes bernois, jurassiens et neuchâtelois ont déposé des initiatives cantonales dans leurs parlements respectifs. Ils demandent que les cantons puissent légiférer sur un congé parental ou paternité.

Pour un congé parental ou paternité «digne de ce nom». Les partis socialistes de Neuchâtel, du Jura et de Berne se sont coordonnés pour déposer des initiatives cantonales dans leurs parlements respectifs.

Adressées aux Chambres fédérales et cosignées par différentes formations politiques, elles demandent que les cantons puissent légiférer sur le congé paternité ou parental, et ainsi avoir la compétence d’introduire ces types de congés et d’en fixer la durée et les modalités.

«Il est inadmissible que les cantons ne puissent pas avoir de marge de manœuvre dans l’organisation du congé lié à la naissance d’un enfant. Pour le congé maternité, la loi fédérale fixe un minimum de 14 semaines, mais permet aux cantons d’aller au-delà de cette durée. Or, à entendre les débats récents aux Chambres fédérales autour du congé paternité, il semble que la direction qui est prise ne laissera pas de marge de manœuvre aux cantons», commente un communiqué conjoint diffusé ce mercredi.

Les différentes interventions ont été déposées au Grand Conseil bernois le 12 septembre, au Grand Conseil neuchâtelois le 1er octobre et au Parlement jurassien le 2 octobre. Elles seront traitées lors des prochaines séances.

Deux semaines enfin acceptées

Pour rappel, en septembre dernier, le Conseil national et le Conseil des Etats s’étaient prononcés en faveur d’un congé paternité de deux semaines, à prendre dans les six mois suivant la naissance, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées. Il s’agissait là d’un contre-projet indirect à l’initiative populaire pour un congé paternité de quatre semaines.

Le comité a indiqué ce mercredi qu’il retirait conditionnellement son initiative. S’il n’y a pas de référendum, le congé paternité de deux semaines doit être introduit au plus tard le 1er janvier 2021.

A lire aussi : Congé paternité: l'initiative pour obtenir 4 semaines est retirée, les papas devront se contenter de 10 jours

Îlot sans congé

Il a fallu 20 ans et plus de trente tentatives au Parlement pour arriver à ce résultat. La Suisse est le seul pays d’Europe qui ne connaît ni congé paternité ni congé parental et la loi ne prévoit qu’un jour de congé pour les jeunes pères.

Mais des entreprises se montrent déjà plus généreuses. La fonction publique neuchâteloise et les collaborateurs de l’Université de Neuchâtel ont notamment droit à un congé de vingt jours.

 

Article modifié à 15h40, après l’annonce du retrait de l’initiative par le comité.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

familleCongé paternité: la population veut 4 semaines, le Parlement seulement 2Congé paternité: la population veut 4 semaines, le Parlement seulement 2

sociétéFamille: après les Etats, le National dit aussi oui à un congé paternité de deux semainesFamille: après les Etats, le National dit aussi oui à un congé paternité de deux semaines

PaternitéCongé paternité: avec deux semaines, la Suisse sera-t-elle à la hauteur de ses voisins?Congé paternité: avec deux semaines, la Suisse sera-t-elle à la hauteur de ses voisins?

DroitsUniversité de Neuchâtel: un mois de congé pour les jeunes papasUniversité de Neuchâtel: un mois de congé pour les jeunes papas

jugé trop coûteuxLe congé paternité de deux semaines est combattu par référendumLe congé paternité de deux semaines est combattu par référendum

Top