20.10.2017, 00:01

Prix BCN Innovation 2017 : iWood révolutionne le meuble

chargement
L'équipe iWood, avec de gauche à droite, Didier Coulet, Pierre Sandoz (assis), Nicolas Paupe et Salvatore Parata, avec quelques-uns des prototypes.

 20.10.2017, 00:01 Prix BCN Innovation 2017 : iWood révolutionne le meuble

Par patrick di lenardo

AMEUBLEMENT Cette petite société bouscule le modèle de production de meubles en bois, en délocalisant la fabrication au plus près du client final à travers un futur réseau de menuisiers partenaires équipés en CNC.

Quelle start-up décrochera le Prix BCN Innovation 2017? Les quatre finalistes sélectionnés par le jury se nomment iWood, Totemi, SiMPLInext et SY&SE. Ils travaillent, respectivement, sur un processus inédit de fabrication de meubles en bois, de la signalétique connectée, une nouvelle génération de tissus cellulaires et une méthode d’assemblage du verre à l’échelle atomique. Le projet gagnant sera révélé le 26 octobre prochain et remportera le prix de 300’000 francs. Avant de connaître le lauréat 2017, L’Express – L’Impartial, partenaire du prix BCN innovation, va à la rencontre de ces entrepreneurs sélectionnés parmi 22 candidats. Au Travers du portrait de ces quatre sociétés publiés entre le 17 et le 20 octobre, découvrez les visages de l’innovation neuchâteloise.

Innover, on peut le faire aussi dans un domaine aussi traditionnel que la fabrication de meubles en bois. Basée au Landeron, la société iWood révolutionne la manière de produire des meubles. «Avec notre projet, nous sommes en train de créer une usine entièrement délocalisée», illustre Pierre Sandoz, fondateur de iWood. La société se positionne comme un éditeur de meubles à la tête d’un système permettant à des artisans menuisiers du monde entier de produire un meuble au plus proche du client.

Une production au plus près du client

Comment cela va-t-il fonctionner? L’éditeur iWood proposera un catalogue de modèles, vendus exclusivement en ligne. Les clients, basés à Neuchâtel, Zurich, New York ou Tokyo, pourront passer commande depuis le site web. La commande sera alors réalisée par un menuisier partenaire, équipé d’une machine d’usinage CNC. Situé au plus près du client final, cet artisan recevra d’iWood un simple fichier digital de production, qu’il utilisera sur sa machine à commande numérique. Théoriquement, le produit pourra être livré dans les heures qui suivent la commande, avec une logistique minimale puisque ce n’est pas le meuble qui voyage, mais son fichier digital.

Les meubles développés par iWood sont composés à 100% de bois. Ils sont les plus simples possibles, ne contiennent ni vis, ni pièces métalliques, ni colles, ni composants toxiques. Leur design est basé sur trois principes:

Fonctionnalité: pour répondre aux besoins quotidiens d’aujourd’hui et anticipent ceux de demain.

Ergonomie: étudiés en collaboration avec des spécialistes, les meubles iWood visent à améliorer la Santé physique des usagers, notamment dans le domaine professionnel.

Personnalisation: les clients peuvent configurer en ligne le type de bois, sa couleur, ainsi que les dimensions des meubles paramétriques.

Le modèle traditionnel de production de meubles a peu évolué au cours des dernières décennies. On importe les matières premières, on produit de manière centralisée, ceci avec de nombreux transports, emballages, stockages, gestion de magasins, etc… «iWood transforme ce modèle en profondeur. Notre méthode permet d’offrir le meilleur bilan écologique et social!», explique Pierre Sandoz, qui ajoute: «De cette manière, nous réussirons à vendre un meuble à chaque fois unique, produit de manière conventionnelle à un prix concurrentiel, même dans un pays comme la Suisse où les coûts de production sont parmi les plus chers au monde».

Un prix adapté au lieu de production

Le prix, justement. Il sera adapté aux réalités locales du lieu où le meuble sera produit. «L’idée, c’est que le meuble soit vendu à son vrai prix en fonction de l’endroit où il est acheté et produit». Pour ses promoteurs, iWood est clairement un projet d’économie locale, «qui réintroduit une relation directe entre un artisan et un consommateur». En théorie, le client pourra même assister à la fabrication du meuble en atelier.

Sur le marché fin 2018

Aujourd’hui, le modèle de business est prêt. La société est installée dans l’atelier d’architecture de Pierre Sandoz au Landeron, qui fait aussi office de showroom pour les prototypes de meubles. C’est le moment pour iWood de préparer une mise sur le marché pour la fin 2018.

Cela commence par la recherche de fonds, environ 700 000 francs pour démarrer. Sur le plan opérationnel, la société se constitue déjà un réseau de partenaires: des designers, mais aussi et surtout des producteurs. Ceux-ci doivent être équipés d’une machine à commande numérique pour usiner le bois et utiliser les outils prédéfinis par l’éditeur. Déjà, la société a conclu des premiers partenariats à Genève et Zurich. Des contacts sont déjà pris en Hollande, au Benelux et en France.

Une dizaine de modèles au catalogue

Actuellement, iWood affine ses prototypes et espère proposer bientôt un catalogue d’une dizaine de modèles, dont la plupart seront personnalisables par le client. Pour l’heure, l’entreprise a notamment produit un «Nomad office». Ce bureau-chaise-longue est constitué de quelques planches de bois. Il s’adapte à toutes les morphologies et permet à son utilisateur de s’installer pour travailler, écrire ou dessiner n’importe où. De même, la société a développé un surévélateur de laptop de table, qui en trois pièces seulement permet de travailler debout avec son ordinateur portable. Encore, iWood poursuit la création d’un dispositif d’affichage pour école, une alternative aux systèmes traditionnelles de tableaux ou panneuse. Dans les tiroirs, on compte encore plusieurs modèles de bibliothèque, une tour de tri des déchets.

Dans l’esprit de ses concepteurs, le projet iWood pourrait à terme concerner aussi d’autres métiers de l’artisanat, qui utilisent la technologie numérique. Ainsi, des couturiers, selliers ou micromécaniciens pourraient aussi faire partie de l’aventure, en fonction des modèles de meubles et de leur complexité. Mais comme le souligne encore Pierre Sandoz, «avec le souci que le prix final reste raisonnable».

L’équipe

iWood naît de la rencontre de Pierre Sandoz, architecte EPFL-SIA de 45 ans, et Didier Coulet, menuisier-ébéniste de 41 ans, patron de la menuiserie Coulet Frères Sàrl, à Saint-Blaise. Pierre Sandoz a conceptualisé le projet dès 2009 et l’a développé en 2014 lors d’un séjour sabbatique à la Sillicon Valley. En 2015, la menuiserie Coulet a fait l’acquisition d’une CNC. Les deux Neuchâtelois ont donc décidé de s’associer. Le premier en est le CEO fondateur, le deuxième responsable de Production et R & D. Nicolas Paupe, graphic designer indépendant de 31 ans, a rejoint l’équipe en 2016, en tant que directeur artisitique. Les trois associés ont constitué iWood en Sàrl en avril 2017. Salvatore Parata. 45 ans, les a rejoint comme conseiller en communication. complétant ainsi ce team de Neuchâtelois.


À lire aussi...

SIGNALÉTIQUEPrix BCN Innovation 2017 : à la chasse aux trésors avec TotemiPrix BCN Innovation 2017 : à la chasse aux trésors avec Totemi

MÉDICALPrix BCN Innovation 2017 : SiMPLInext teste avec simplicitéPrix BCN Innovation 2017 : SiMPLInext teste avec simplicité

Prix BCN Innovation 2017Prix BCN Innovation 2017 : SY&SE unit les matières sans collePrix BCN Innovation 2017 : SY&SE unit les matières sans colle

Top