28.10.2019, 15:00

Paul Castella, patron de Dixi et figure de la vie socio-économique du Locle, n’est plus

chargement
Paul Castella, ici en 2014 chez Dixi, est décédé à l’aube de ses 100 ans.

Nécrologie Industriel, passionné de football, mécène, Paul Castella, figure incontournable de la vie socio-économique locloise, est décédé à l’aube de ses 100 ans. Il symbolisait, entre autres, le groupe Dixi.

Décédé le 25 octobre dernier, Paul Castella, né le 6 janvier 1920 à La Sagne, avait toutes les caractéristiques du self-made-man. En 1937, entré aux Fabriques d’assortiment au Locle comme employé de commerce, son talent ne tarde pas à séduire son patron Georges Perrenoud.

En 1939, il est nommé responsable du département des fusées de Dixi, société créée en 1904. En 1944, il prend la direction du département des machines-outils. A parti de cette période, il sillonne le monde pour trouver des débouchés commerciaux.

«Sur ma simple bonne mine»

A la mort de Georges Perrenoud, en 1952, Paul Castella reprend en main les destinées de Dixi. «A l’époque, je n’avais presque pas d’argent. Et la SBS m’a prêté la somme sur ma simple bonne mine», confie-t-il à «L’Impartial» en juin 1989.

La suite? Sous la férule de Paul Castella, le groupe se développe et compte jusqu’à 850 employés au Locle. Outre la machine-outil, l’industriel tâtera aussi de l’ameublement – il a été propriétaire de Segalo – et, presque naturellement, de l’horlogerie. En 1979, il acquiert les marques Movado et Zénith. Il vend la première, en 1983, à la famille Grinberg et la seconde, en 1999, au géant du luxe LVMH.

La famille Castella – Paul est père de trois fils et d’une fille – doit néanmoins se résoudre à vendre la division machines du groupe au japonais Mori Seiki en 2007. Depuis, Dixi se concentre sur les autres activités du groupe.

Passionné de football

Homme au caractère bien trempé, Paul Castella s’implique aussi dans la vie locale. Président du FC Le Locle, il en assure la survie financière pendant de nombreuses années. Le club, sous sa houlette, fête notamment une ascension en Ligue nationale B de football en 1964. Durant cette période, il n’hésite pas à s’impliquer directement en réglant les conflits dans les vestiaires, raconte-t-on.

Membre du Lions Club local, Paul Castella est également amateur d’art et de patrimoine. En 2001, il fait don de 500’000 francs aux Moulins souterrains du Col-des-Roches. Cette somme permet à l’institution d’aménager un espace d’exposition. Pour ces 90 ans, en 2010, l’industriel y va aussi de 90’000 francs pour la rénovation du Musée des beaux-arts du Locle.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FLEURON INDUSTRIELEn quittant Le Locle, Mori Seiki perd la marque Dixi MachinesEn quittant Le Locle, Mori Seiki perd la marque Dixi Machines

Baselworld 2019Zenith a réalisé sa meilleure croissance depuis huit ansZenith a réalisé sa meilleure croissance depuis huit ans

HorlogerieMovado va procéder à des licenciements à BienneMovado va procéder à des licenciements à Bienne

Top