22.01.2020, 05:30

Neuchâtel: «Les cigognes bientôt par chez nous!»

chargement
Des cigognes sur les mâts des projecteurs du stade de La Charrière, en février 2015.

Migration Ces jours-ci, des cigognes ont été aperçues dans les cieux de Franche-Comté. Nous les verrons donc bientôt survoler notre canton, peut-être même y faire une halte. Elles s’envoleront ensuite vers le nord-est.

Des cigognes ont été repérées dans les cieux de Franche-Comté. «Elles ne vont donc pas tarder à survoler le canton de Neuchâtel!», s’exclame Jean-Daniel Blant, ancien directeur du Musée d’histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds, aujourd’hui à la retraite mais toujours aussi passionné d’ornithologie.

«D’habitude, elles effectuent leurs premiers passages au-dessus de notre région début février. Puis le mouvement s’accentue de mi-mars à fin mai.»

Les cigognes sur un pylône de La Corbatière, en mars 2005. Photo archives: Léo Bysaeth

Juste une escale

En principe, elles ne font que transiter par nos cieux. «Toutefois, de temps à autre, quand elles arrivent en groupe, elles s’accordent une escale sur l’un de nos toits ou de nos mâts ou pylônes, elles aiment les endroits élevés.»

Par le passé, on les a vues perchées sur certains d’entre eux à la Maladière, ou posées sur les hauts d’un immeuble, par exemple aux Arêtes à La Chaux-de-Fonds. «Elles y passent une nuit. Le lendemain, elles repartent.»

Elles continuent leur envol en direction du nord-est. «Venues d’Espagne et d’Afrique, comme à chaque printemps, elles migrent en direction de l’Alsace, de l’Allemagne, du Benelux, de la Pologne et du Danemark…» 

Les cigognes aiment nicher à Avenches, où elles ont leurs habitudes. Photo: Bruno Payrard

Alimentation spécifique

Elles y aménagent leur nid et s’y installent tout l’été. De préférence le long des fleuves, ainsi qu’en plaine ou dans les zones humides, où elles trouvent facilement de quoi manger. Que ce soit pour elles ou leurs oisillons.

«Elles se nourrissent principalement d’amphibiens, de reptiles, de poissons, de petits mammifères et de petits oiseaux, etc. D’où leur inconfort dans notre périmètre, essentiellement constitué de pâturages.»

Près d’ici, elles nichent volontiers en Ajoie ou encore à Avenches. «Un autre endroit où elles ont leurs habitudes, c’est à Altreu, dans le canton de Soleure.» La première fois que des cigognes ont été observées à La Chaux-de-Fonds, c’était le 13 février 2011: «Elles étaient six.»

Second épisode

En août 2003, on a compté jusqu’à 85 cigognes au Col-des-Roches, au Locle. Photo: archives Richard Leuenberger

Les cigognes attirent les regards de leurs admirateurs en deuxième partie d’année également. Lorsque la fin de l’été pointe le bout de son nez.

«On les revoit dans notre azur neuchâtelois, lorsqu’elles retournent vers l’Espagne ou l’Afrique. Principalement en août. On en a remarqué un max dans nos Montagnes neuchâteloises le 14 août 2003», poursuit Jean-Daniel Blant. «On en a alors compté 85 au Col-des-Roches. Elles sont ensuite parties à tire-d’aile, en direction du sud-ouest.»

Si ces prochaines heures vous en apercevez et les prenez en photo, n’oubliez pas de nous le faire savoir!


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MIGRATIONVoir 34 cigognes dans le Val-de-Ruz, c’est rare!Voir 34 cigognes dans le Val-de-Ruz, c’est rare!

FAUNEToujours plus de cigognes en SuisseToujours plus de cigognes en Suisse

Toujours plus de cigognes en Suisse

Avec le printemps, c’est le retour des oiseaux migrateurs. Presque éteint il y a 70 ans, l’échassier est désormais très...

  23.04.2018 00:01
Premium

JURADes nuées de cigognes font halte en AjoieDes nuées de cigognes font halte en Ajoie

Top