30.04.2019, 00:01

Mobilité électrique: le canton de Neuchâtel bouge

chargement
Avec 39 bornes publiques comptant 51 points de recharge, le réseau Vmotion est le plus important du canton.
Par Philippe Lebet

INNOVATION Le canton de Neuchâtel n’échappe pas à la phase de transition énergétique dans laquelle se trouvent engagés la Suisse et les pays européens. Toute une série d’innovations se met en place en matière de mobilité électrique.

Outre la promotion de la marche à pied, l’urgence climatique implique l’essor de l’énergie électrique. Le canton est actuellement en train de se donner les moyens d’y répondre. «La success story est clairement celle du vélo à assistance électrique (VAE)», explique Dimitri Marincek, membre du comité de l’Association transport et environnement (ATE) Neuchâtel et doctorant à l’Université de Lausanne. Son émergence en Suisse incarne l’essor de la mobilité électrique.

Le succès est d’abord visible à travers les achats effectués par des privés. «Vu comme un mode de transport pour paresseux au début, les nouveaux vélos à assistance électrique assurent une véritable activité physique», précise Dimitri Marincek. Il faut en effet constamment pédaler, la moitié seulement de la puissance de déplacement étant assurée par l’électricité, ce qui rend le VAE peu gourmand en énergie.

De nouveaux usages

Dans le sillage du renouveau du vélo, on trouve en libre-service les vélos-cargo, dont des exemplaires circulent sur le Littoral et à La Chaux-de-Fonds, ainsi que les triporteurs, qui permettent d’aller balader des personnes âgées. L’électrification a relancé certains modes de transport léger, comme la trottinette ou la planche à roulettes. Quant au scooter électrique, il peine à s’imposer. Ce dernier, tout comme le VAE, est parfois utilisé par des livreurs de pizzas.

«L’ensemble de ces véhicules répond à la spécificité de déplacements compris entre 5 et 15 km», relève Christian Piguet, coprésident de l’ATE Neuchâtel et ancien ingénieur au Centre suisse d’électronique et de microtechnique (Csem), à propos de ces modes de transport doux. L’essor constaté ces dernières années marque aussi un changement dans les habitudes, dans le contexte plus général d’une demande croissante en transports publics.

«Les nouvelles générations n’affichent plus le même rapport à la voiture et à sa propriété», complète Dimitri Marincek. Des études ont montré que les jeunes passent leur permis de conduire plus tardivement, la voiture ne représentant plus le même statut qu’auparavant. «Le tournant énergétique implique déjà un agrandissement des trottoirs pour le confort des piétons et la construction de pistes cyclables», ajoute Cédric Dupraz, conseiller communal au Locle, en charge de la mobilité, et député au Grand Conseil.

Utilisation de courants verts

Ce changement de paradigme ne signifie pas pour autant la fin de la voiture. «Son avenir s’inscrit plutôt dans une perspective mutualiste (auto-partage privé ou par abonnement) et du développement du véhicule autonome», prédit Christian Piguet. Le développement d’un réseau de bornes de recharge dans le canton, notamment via l’entreprise multi-énergie Viteos, ne peut que favoriser l’achat de telles automobiles à terme.

La voiture électrique, Christian Piguet la voit recourir à une énergie verte. Reste qu’à ses yeux, la volonté de posséder une voiture demeure très répandue, en dépit de l’apparition d’attitudes alternatives. N’empêche que les signes d’encouragement à changer ses habitudes se multiplient, en témoignent les grandes villes qui restreignent la circulation et misent sur les écoquartiers avec des limitations du trafic automobile, voire l’absence de voitures.

Les infrastructures de recharge Vmotion pour véhicules électriques sont alimentées par du courant vert provenant de centrales hydroélectriques et d’installations photovoltaïques du canton, détaille-t-on chez Viteos. Par ailleurs, tant les entreprises que les privés peuvent se doter d’installations ad hoc pour la recharge des voitures.

Multiplier les solutions

Cependant, la voiture électrique ne fait pas figure de panacée. «Elle ne pollue pas, ne cause pas de bruit, mais les batteries nécessitent beaucoup d’énergie à la fabrication, sans compter leur recyclage», rappelle Christian Piguet. Ce qui n’empêche pas un pays comme la Norvège d’encourager massivement son utilisation.

Au-delà, l’avenir de la mobilité, électrique en particulier, s’inscrit dans le cadre de l’espace urbain. Du fait de leurs batteries, impliquant un rayon d’action pour l’instant inférieur, les véhicules électriques apparaissent plus adaptés aux villes.

Mais une chose est certaine: le canton de Neuchâtel présente un gros potentiel de changement des habitudes. Encore largement organisé autour de la mobilité automobile individuelle à énergie fossile, il ne peut que progresser dans la mobilité électrique, dans laquelle les acteurs régionaux des secteurs de l’énergie et des transports publics s’inscrivent. La volonté du canton et de la Confédération de construire une liaison directe par le rail entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds est l’une de ces perspectives d’avenir.

Ventes de vélos et voitures électriques

en forte hausse

Les statistiques de ventes de vélos à assistance électrique (VAE) et de voitures électriques confirment les prédictions annonçant de nouveaux comportements de consommation.

Selon la faîtière Vélosuisse, 2018 a constitué l’année la plus réussie de l’histoire du secteur en Suisse. Une bicyclette écoulée sur trois est désormais un VAE. Pas moins de 111 000 unités, un record, ont trouvé preneurs, un nombre en hausse de 27% sur un an, soit près d’un tiers de tous les vélos vendus.

Les VTT (vélos tout-terrain) électriques affichent même un bond de moitié à plus de 43 000 unités, alors que les ventes de vélos classiques reculent. Un VAE coûte en moyenne 3500 francs, soit près de trois fois plus qu’un vélo classique. De quoi aussi accroître les chiffres d’affaires de la branche. L’essor vient pour l’heure largement de Suisse alémanique.

En ce qui concerne les voitures électriques, la tendance est aussi à la hausse. Ainsi, au premier trimestre 2019, les ventes de voitures électriques ont bondi de plus de 130% pour totaliser un peu plus de 3000 unités, soit une part de marché de 4,2%, sachant qu’un taux de 15% est visé pour 2022 par la Confédération. En mars uniquement, elles ont presque triplé pour atteindre 1856 véhicules, pour rassembler 6,4% de toutes les immatriculations.

Commentant la statistique de la faîtière auto-suisse, Christian Piguet regrette que la moitié de l’augmentation revienne au seul constructeur américain Tesla. «Le phénomène confirme l’attrait exercé par les grosses voitures», note-t-il. L’attrait pour ce type de véhicule constitue une spécificité suisse, liée notamment au pouvoir d’achat.

Au-delà, la tendance confirme l’avantage technologique de Tesla, qui a commercialisé son premier modèle, déjà 100% électrique, en 2003. PhL


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéInsolation, coup de chaleur: comment les éviter cet été?Insolation, coup de chaleur: comment les éviter cet été?

QuarantaineEspagne: les vacances chamboulées des NeuchâteloisEspagne: les vacances chamboulées des Neuchâtelois

Environnement2020, une bonne année pour le miel dans la canton de Neuchâtel2020, une bonne année pour le miel dans la canton de Neuchâtel

2020, une bonne année pour le miel

Si l’activité économique a connu un fort ralentissement en 2020, certaines ouvrières n’ont pas chômé. C’est le cas des...

  07.08.2020 16:00
Premium

Série d’étéNeuchâtel: au Beau-Rivage, on prend la température des employés devant les touristesNeuchâtel: au Beau-Rivage, on prend la température des employés devant les touristes

JusticePourquoi Neuchâtel expulse moins de criminels étrangers que les autres cantonsPourquoi Neuchâtel expulse moins de criminels étrangers que les autres cantons

Top