17.06.2017, 00:01

Les mesures contre le franc fort boostent le CSEM

Abonnés
chargement
Contrôle des montres à l’aide  d’un appareil optique innovant.

 17.06.2017, 00:01 Les mesures contre le franc fort boostent le CSEM

Par loé - ats

INNOVATION Moins d’activités industrielles, mais plus de projets cofinancés par la Confédération.

Le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) a dégagé un bénéfice en recul en 2016. Il a atteint 152 281 francs, contre 234 973 francs en 2015. Les comptes ont été approuvés hier à Neuchâtel lors de l’assemblée générale.

«La confiance que la Confédération lui a renouvelée l’an dernier permet de disposer de bases solides pour développer...

Le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) a dégagé un bénéfice en recul en 2016. Il a atteint 152 281 francs, contre 234 973 francs en 2015. Les comptes ont été approuvés hier à Neuchâtel lors de l’assemblée générale.

«La confiance que la Confédération lui a renouvelée l’an dernier permet de disposer de bases solides pour développer sur ses cinq sites en Suisse les technologies de pointe de demain», a déclaré Claude Nicollier, président du conseil d’administration.

Outre Neuchâtel, ce dernier est présent à Alpnach (OW), Muttenz (BL), Zurich et Landquart (GR). Le CSEM emploie 450 personnes.

En 2016, les revenus du CSEM se montent à 79,3 millions de francs (79,6 millions en 2015). Les revenus générés par l’industrie comptent pour 29%, les projets financés par l’aide fédérale à l’innovation et les mesures contre le franc fort 13%. Les secteurs dégageant les revenus les plus importants sont les instruments scientifiques (notamment destinés à l’espace) pour 24%, l’horlogerie, pour 18%, et les semi-conducteurs et l’électronique 16%.

Une trentaine de brevets ont été déposés en 2016 (27 en 2015). L’augmentation des budgets de la Confédération consacrés à la recherche permettra une plus forte contribution fédérale pour 2017.

Lors de l’assemblée, les actionnaires ont désigné trois nouveaux administrateurs, à savoir Martin Vetterli et Marc Gruber, en tant que représentants de l’EPFL, ainsi qu’Edouard Mignon qui représentera Richemont International. Ces administrateurs remplacent les deux ex-membres de la direction de l’EPFL Patrick Aebischer et Adrienne Corboud Fumagalli, ainsi que Claude Vuillemez, démissionnaire. loé - ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top