10.06.2009, 14:46

Le procureur est sûr que les braqueurs présumés sont coupables

chargement

Le Ministère public neuchâtelois a requis aujourd'hui deux fois huit ans de réclusion contre deux prévenus accusés du braquage d'un convoi horloger près de La Vue-des-Alpes. Il a exigé aussi 4 ans et demi de prison contre un troisième accusé.

Dans son réquisitoire, le Ministère public a détaillé les éléments de l'enquête permettant de conclure à la culpabilité des trois accusés. Il s'est efforcé de démontrer le peu de crédibilité des prévenus se disant totalement étrangers au braquage.

Pour le procureur, le hold-up commis le 17 août 2006 près de La Vue-des-Alpes était inconcevable sans la complicité d'un membre de la société de convoyage GPA. Seule cette dernière pouvait connaître la nature du butin, le trajet emprunté par le véhicule, la date et le plan horaire du transport de valeurs.

Selon le Ministère public, l'enquête policière a confirmé le soupçon porté peu après les faits sur le chauffeur du convoi. Le col de La Vue-des-Alpes constituait un choix d'itinéraire aberrant du point de vue de la sécurité du transport, mais tout à fait intéressant dans la perspective d'un braquage.

«Plaisanterie»

Le procureur a qualifié de «plaisanterie» les dénégations des prévenus qui se disent étrangers à l'affaire. Selon lui, le contenu des coups de téléphone échangés entre les accusés avant et après le hold-up ne laissent planer aucun doute sur les responsabilités réciproques dans les préparatifs et l'exécution du coup.

Le Ministère public a souligné la domiciliation en région lyonnaise de deux des accusés. Rappelant le hold-up commis en 2004 chez Metalor, il a demandé à la Cour d'assises de se montrer ferme. «Neuchâtel ne doit pas devenir un terrain de chasse privilégié des adeptes du grand banditisme», a déclaré à ce sujet le procureur.

Plaidoiries

Le procès des auteurs présumés du braquage de La Vue-des-Alpes devait se poursuivre mercredi après-midi avec les plaidoiries de la défense et des parties plaignantes. La société de convoyage GPA et l'entreprise horlogère Patek Philippe se sont portées parties civiles dans le cadre de cette affaire.

La simulation de hold-up réalisée grâce à la complicité du chauffeur a conduit à l'appropriation d'un butin composé de diamants et de pièces d'horlogerie non terminées en or et en platine. Estimé à 6,5 millions de francs, le produit du braquage n'a pas été retrouvé à ce jour.

Auteur non identifié

Le convoi a été attaqué sur la route reliant Neuchâtel à La Chaux-de-Fonds. Deux braqueurs, dont l'un n'a pas été identifié, ont immobilisé le véhicule à l'aide d'un dispositif destiné à crever les pneus. Le chauffeur complice effectuait le trajet avec un assistant maintenu dans l'ignorance du coup en préparation.

Lire l'article «Les braqueurs nient être dans le coup»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Or blancLe canton de Neuchâtel s’est réveillé sous la neigeLe canton de Neuchâtel s’est réveillé sous la neige

HorlogerieRichard Mille: à l’origine de la matièreRichard Mille: à l’origine de la matière

AgricultureAgriculture: face au suicide, il faut briser le tabouAgriculture: face au suicide, il faut briser le tabou

PandémieLes Neuchâtelois privés d’apéros, mais pas de restos dès le 10 décembreLes Neuchâtelois privés d’apéros, mais pas de restos dès le 10 décembre

Covid-19Appel à l’aide des clubs sportifs neuchâteloisAppel à l’aide des clubs sportifs neuchâtelois

Top