19.09.2018, 18:39

Le PLR neuchâtelois devra "montrer les muscles" sur la fiscalité

chargement
Les conseillers d’Etat Alain Ribaux (PLR) et Laurent Kurth (PS) lors de la présentation de "la passe décisive", en juillet dernier.

Cressier Le conseiller d’Etat neuchâtelois Alain Ribaux a encouragé ses troupes à peser sur le projet de réforme fiscale du gouvernement. Il a aussi été question des hôpitaux lors de l'assemblée générale du PLR.

C’est "la passe décisive" du Conseil d’Etat neuchâtelois. La réforme de la fiscalité et de la péréquation intercommunale était au menu de l’assemblée générale du Parti libéral-radical mardi soir à Cressier. L’occasion pour le conseiller d’Etat PLR Alain Ribaux de défendre ce projet, tout en encourageant son camp à jouer sa carte au Grand Conseil.

"Concernant les personnes physiques, c’est un projet de gauchiste", a jugé le député Andreas Jurt. "Je peux déjà vous dire qu’à gauche, on va nous dire que l’on va beaucoup trop loin", a répondu Alain Ribaux.

Marge étroite

"Il faudra un peu montrer les biceps du côté du PLR", a poursuivi le ministre. Il a notamment invité les siens à agir en matière de fiscalité des entreprises. Une marge existe pour baisser davantage l’impôt sur les dividendes. Mais, "rappelez-vous que le parlement est à gauche, comme le gouvernement".

Autre sujet chaud, l’avenir hospitalier a aussi été abordé entre libéraux-radicaux. L’ancien député Olivier Haussener s’est inquiété des conséquences financières du projet présenté récemment par la commission santé du Grand Conseil. Son président, Jean-Frédéric de Montmollin, a répété son espoir que des structures plus petites coûtent moins cher: "L’Hôpital neuchâtelois compte une douzaine de chefs de service, contre seulement trois pour l’hôpital de Bienne."

Andreas Jurt a pour sa part voulu savoir s’il y avait "une volonté politique de véritablement travailler avec le privé". Jean-Frédéric de Montmollin estime "qu’il y a une fenêtre intéressante, notamment pour l’ouverture des hôpitaux la nuit et le week-end, et notamment à La Chaux-de-Fonds".

Enfin, les membres du PLR neuchâtelois ont pris position en vue des votations fédérales du 25 novembre prochain. Ils ont clairement recommandé de rejeter les initiatives pour les vaches à cornes et pour l’autodétermination. Ils ont par contre soutenu une base légale pour surveiller les assurés.

Vaches et technocratie

Ce projet a fait dire au député Julien Spacio que le pouvoir donné à des assureurs et détectives privés irait "au-delà de l’Etat de droit". Autre voix divergente, l’ex-député Bernard Matthey a pris la défense des vaches à cornes: "A l’auberge de Montezillon, elles sont depuis trente ans en stabulation libre et ça se passe plutôt bien."

Enfin, l’argumentaire du conseiller national Philippe Bauer contre l’initiative de l’UDC n’a pas plu à André Wuerth, conseiller général à Milvignes: "Il faut parler aux gens dans leur langage, de manière moins technocratique."


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

La réforme neuchâteloise de l’année à la loupeLa réforme neuchâteloise de l’année à la loupe

Top