02.08.2015, 19:43

Le déménagement des pendules crée l'émoi à l'ancien observatoire

chargement
Par SANTI TEROL

Le projet de Musée de la science et de la technique dans les locaux de l'ancien Observatoire de Neuchâtel est toujours en plan. Patrimoine du canton, les instruments de mesure du Pavillon Hirsch ont été transférés à La Chaux-de-Fonds au MIH pour les mettre en sécurité.

L'association pour la création d'un musée de la science et de la technique ne désespère pas de voir un jour son projet prendre corps dans les locaux de l'ancien Observatoire de Neuchâtel. Toutefois, ces derniers jours, son président a bien cru avoir perdu toutes chances de disposer des instruments de mesure qui ont fait la réputation de l'observatoire du temps où il diffusait le top-horaire pour toute la Suisse. Lors d'une visite du pavillon Hirsch et de sa lunette astronomique, Pierre-René Beljean a eu une désagréable surprise: «Les pendules installées dans le sous-sol sous des cloches de verre scellées ont été démontées», s'étranglait le fondateur de l'association, rappelant l'importance de ces pièces pour le patrimoine historique.

Heureusement, ces instruments n'ont pas disparu. Ils ont tout simplement, à l'insu de l'association, été transférés au Musée international d'horlogerie (MIH) de La Chaux-de-Fonds. «Tous ces objets ont été inventoriés et mis en sécurité au MIH à partir du mois de septembre dernier. Ainsi, ces pièces pourront être mises en valeur dans le cadre de futures expositions ou être plus facilement accessibles pour des chercheurs», informe Claire Piguet. L'historienne de l'Office cantonal de la protection des monuments et des sites précise que cette opération s'est déroulée en collaboration avec les anciens dirigeants de l'observatoire, les archives de l'Etat, le MIH et son service.

«Quatre horloges de précision, très délicates, qui remontent à la naissance de l'observatoire ont été démontées», recense Jean-Michel Piguet. Le conservateur-adjoint du MIH précise que d'autres instruments astronomiques seront encore déménagés à La Chaux-de-Fonds ces prochains jours. Faisant preuve d'ouverture, Jean-Michel Piguet rompt une flèche en faveur de l'association. «Je ne sais pas si ce musée sera prochainement créé. Mais, dans cette hypothèse, j'espère que nous pourrons être partenaires.» Suite à différents dons, le MIH possède lui aussi des pendules du siècle dernier ainsi qu'une lunette astronomique, énumère le conservateur-adjoint.

Avant que les documents et instruments historiques puissent regagner le monument classé qu'est le pavillon Hirsch, le Musée de la science et de la technique devrait passer de projet à réalité. «Deux commissions de notre association travaillent sur le sujet depuis deux ans maintenant», rappelle Pierre-René Beljean. Le président de l'association reconnaît cependant que le financement d'un tel programme reste l'un des plus gros problèmes à résoudre. A l'époque, un investissement d'un montant de quelque onze millions de francs était avancé. «Nous sommes en train d'affiner les chiffres, mais le montant final n'est pas déterminé», remarque avec prudence le porteur du projet. /STE

Un projet qui pose problème au CSEM

Le budget nécessaire à la création du Musée de la science et de la technique paraît, pour certains, hors de proportion par rapport aux possibilités financières du canton. Patrick Cossettini assure ne pas avoir d'a priori de ce côté-là. Le chef du Service cantonal de l'économie - dont l'un des buts est de favoriser la politique touristique - doit rencontrer le président de l'association ce mois de janvier encore. «Je ne connais encore rien de ce projet de musée et n'étais pas au courant du déménagement des pièces de l'ancien Observatoire au MIH», indique Patrick Cossettini. «Lors de notre rencontre, nous étudierons la faisabilité du projet.»

Et le CSEM, qui a investi la colline de l'ancien Observatoire depuis la reprise partielle de l'institution démembrée? «Nous sommes usufruitiers des locaux. C'est à ce titre que nous avons rendu attentif l'Etat au fait qu'il était préférable de mieux stocker ces pièces», indique André Laville. Le directeur financier et responsable des infrastructures remarque que ce n'est pas le rôle du CSEM que de promouvoir un musée. «Nous sommes dans l'innovation et le développement. Cependant, si l'Etat désire ce musée nous le soutiendrons moralement», évoque le directeur, avec une certaine moue. C'est que le CSEM se redéploie sur le site de l'ancien Observatoire. «D'ici fin janvier, notre équipe sera complète avec deux douzaines de personnes sur place. Actuellement, il ne resterait pas une réelle place pour accueillir un musée», défend André Laville. /ste


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

DistractionsSemaine blanche sans neige: que faire avec les enfants?Semaine blanche sans neige: que faire avec les enfants?

DéchetsLa Chaux-de-Fonds: treize tonnes de poubelles en moinsLa Chaux-de-Fonds: treize tonnes de poubelles en moins

Treize tonnes de poubelles en moins

A La Chaux-de-Fonds, 27 familles ont participé à une opération zéro déchet, mise sur pied par l’association Umwelt...

  22.02.2020 15:00
Premium

ParitéLangage inclusif, serviettes hygiéniques: les lycées neuchâtelois repensent l’égalitéLangage inclusif, serviettes hygiéniques: les lycées neuchâtelois repensent l’égalité

ParitéJouets, lectures, enseignement: les Neuchâtelois à l’école de l’égalitéJouets, lectures, enseignement: les Neuchâtelois à l’école de l’égalité

GardeSoutien fédéral important pour les crèches et le parascolaire neuchâteloisSoutien fédéral important pour les crèches et le parascolaire neuchâtelois

Top