02.08.2015, 19:42

Le défi solaire de Raphaël Domjan s'offre une escale dans les Alpes

chargement
Par SANTI TEROL

PlanetSolar a jeté l'ancre en Colombie pour les fêtes de Noël et de Nouvel An. Concepteur du premier tour du monde en bateau solaire, Raphaël Domjan en a profité pour faire son baluchon, temporairement. Après un passage actif à Neuchâtel, l'éco-aventurier se ressource en altitude. Retrouvailles sous le soleil des Alpes, à Zinal.

Raphaël Domjan rayonne! En mer depuis le 27 septembre pour réaliser le premier tour du monde en bateau solaire, l'éco-aventurier neuchâtelois a soudainement troqué houle, brises marines, vagues et altimètre bloqué à l'altitude zéro contre les majestueuses cimes enneigées des Alpes. Juste pour le temps des fêtes de fin d'année. Demain, Raphaël Domjan sera déjà de retour à Carthagène, en Colombie, pour la deuxième partie de ce voyage de 50 000 km à l'énergie solaire. Et avec le pied marin en prime!

Ce n'est pas par hasard que nous avons retrouvé le responsable de l'expédition PlanetSolar à Zinal (VS). Excellent skieur, pilote d'hélicoptère et de planeur, Raphaël Domjan avoue également une passion pour l'alpinisme: «J'ai été aspirant guide de montagne», révèle le Neuchâtelois, citant un à un les sommets alentours et le nom des cabanes.

Chaussures de ski aux pieds, Raphaël Domjan replonge volontiers en mer...

«Le voyage se déroule idéalement. C'est génial!» La traversée de l'Atlantique, «vingt jours sans pratiquement aucune trace de vie sur l'eau et dans l'air», a permis à l'équipage (une femme et cinq hommes) de mieux faire connaissance. Et l'ambiance est bonne, atteste Raphaël Domjan. «Il faut comprendre que l'on vit sur un bateau en carbone. Ça tape, ça bouge, ça fait du bruit en permanence; la navigation est longue et l'accès à internet limité en haute mer. C'est long. Mais plus on avance et plus on s'enlève du stress. Même s'il nous reste encore les trois quarts du parcours à accomplir, nous sommes en train de démontrer que nous maîtrisons la technologie. Nous pouvons respecter les horaires malgré les conditions délicates de navigation entre Miami et Carthagène», précise-t-il.

Nous quittons la terrasse ensoleillée de la Marmotte (2625 mètres, à l'altimètre) pour gagner un point de vue sur le barrage de Moiry. C'est alors que Raphaël Domjan chausse un casque surmonté... d'une minicaméra. «Je fais des tests.» L'engin high-tech sur sa tête équipera en fait l'hélicoptère télécommandé à bord de PlanetSolar. Pour des prises de vues inédites, impossibles à réaliser avec un appareil standard. «Le bateau est tellement grand, que je n'arrive pas à le filmer en entier», rigole Raphaël Domjan. «Où alors, je dois tellement m'éloigner que je prends le risque de perdre le contrôle de l'hélicoptère...» Mais avant cela, Raphaël Domjan avalera une dernière fondue. Car en haute mer, le menu est tout autre. «Notre régime comprend du pain pendant deux semaines et demie. Et on fait rapidement le tour des produits frais; c'est ce qui nous manque le plus. Heureusement, on pêche aussi», explique l'éco-aventurier. Pour améliorer le quotidien souvent fait de dorades, un jour de chance un marlin s'est accroché à la ligne de traîne. C'est aussi cela l'aventure... /STE

De Cancun, sans chef d'Etat, aux étoiles du Panama

Le sommet sur le climat de Cancun, début décembre 2010, marquait un important rendez-vous pour l'expédition. Dans ses projets, PlanetSolar se voyait accueillir sur son pont couvert de cellules photovoltaïques quelques-uns des grands chefs d'Etat présents au Mexique, au même titre que la conseillère fédérale Doris Leuthard. Las pour les aspirations de l'équipage, aucun de ces dirigeants n'a finalement revendiqué moins de CO2 pour la planète du haut de l'embarcation solaire. Ce revers n'entame pas l'optimisme de Raphaël Domjan: «On ne s'est pas loupé!» Le concepteur du tour du monde en bateau solaire remarque que, hormis la télévision suisse, peu de médias européens avaient fait le déplacement au sommet des Nations unies. «Mais tous les médias américains et asiatiques étaient là.» Et d'enchaîner: «A Miami, le consul général de Suisse est monté à bord et on a eu la télévision CNN en prime time.» A Cancun, «les ambassadeurs d'Allemagne et de Suisse ainsi que le consul général de France sont venus nous saluer.» Par contre, la visite du président du Mexique et de son épouse n'a pas pu se matérialiser au dernier moment. «La lagune face au Moon Place, où se tenait la conférence sur le climat, n'avait pas assez d'eau. C'était trop risqué de nous y aventurer.» A la dernière minute, la rencontre est tombée à l'eau. En outre, la marina où mouillait PlanetSolar se trouvait loin des lieux de conférences. «Si nous avions été en face, les chefs d'Etat seraient montés à bord», soutient Raphaël Domjan. Qui se console avec ce constat: «Nous avons pu aller en face du Moon Palace tandis que le bateau de Greenpeace restait à 20 km de là, sous escorte de bateaux militaires.»

Depuis, le catamaran mouille en Colombie, sous la protection de gardes d'une société de sécurité privée. Le 8 janvier, PlanetSolar lèvera l'ancre. Destination: le canal de Panama et le Pacifique! «Jusqu'à Panama, nous naviguerons à trois puisque nous avons échelonné nos vacances», précise Raphaël Domjan. Ce qui signifie des prises de quart en solitaire alors que normalement ils sont doublés. «Je me réjouis d'être seul à mon poste. Pendant que tout le monde dort, le monde t'appartient. C'est alors que j'aime sortir et contempler les étoiles.» /ste

L'expédition scientifique reprend de plus belle

De retour en Suisse, Raphaël Domjan est allé faire des emplettes avant de chausser les skis. Le marin neuchâtelois est notamment venu chercher un nouveau software pour gérer la charge des batteries. «Dès que nous repartirons de Colombie en direction de canal de Panama, le 6 janvier, nous pourrons charger les batteries à 97% de leur puissance, contre 93% actuellement», explique l'ancien ambulancier, un rayon de soleil dans les yeux.

En Colombie, les techniciens de l'expédition PlanetSolar se sont affairés durant la pause de fin d'année pour améliorer les caractéristiques du catamaran. «PlanetSolar est un prototype», rappelle Raphaël Domjan, en expliquant qu'un joint et un axe de l'hélice tribord ont été remplacés. Dans ses valises, l'éco-aventurier emporte aussi un mixer pimpant neuf. Maître queux à ses moments perdus, Raphaël Domjan a fait découvrir la tresse à ses coéquipiers. Avec succès. «L'ancien mixer n'a pas résisté à force de lui faire pétrir de la pâte...»

Côté ciel, l'expédition mesure toujours l'ensoleillement des mers traversées, pour le compte de Météo France. Or, une nouvelle question taraude scientifiques et équipage depuis quelque temps. «Nous réfléchissons à l'opportunité de poser des panneaux ou des capteurs sous les panneaux solaires latéraux», indique Raphaël Domjan. Il s'agirait, en l'occurrence de vérifier si la réflexion du soleil sur l'eau peut être mise à profit. «Instinctivement, on pense que l'albédo ne produit pas d'électricité», relève le Neuchâtelois. «Mais on n'est sûr de rien...» /ste

Au fil de son tour de la planète à l'énergie solaire, PlanetSolar accumule les premières mondiales

Lorsqu'il sera de retour à Monaco, PlanetSolar aura été le premier véhicule à réaliser un tour du monde à l'énergie solaire. Autres premières: la traversée de l'océan Indien, des canaux de Panama et de Suez, et de la mer Rouge. L'expédition est sur le point de battre le record de la plus longue distance jamais parcourue par un véhicule solaire (15 000 kilomètres). /ste

La route initialement tracée évolue au gré des sollicitations

Après deux jours de navigation, PlanetSolar traversera le canal de Panama, puis rejoindra les îles Galapagos. Ensuite, l'équipage mettra le cap soit sur la Polynésie, soit sur les USA avant de rejoindre l'Australie et l'Asie. /ste

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EcologieLes manifestations neuchâteloises doivent bannir le plastique à usage uniqueLes manifestations neuchâteloises doivent bannir le plastique à usage unique

CoronavirusBerne a aménagé un centre de quarantaine dans l’ancien foyer d’éducation de PrêlesBerne a aménagé un centre de quarantaine dans l’ancien foyer d’éducation de Prêles

CoronavirusNeuchâtel: les restaurants chinois souffrent de «l’effet coronavirus»Neuchâtel: les restaurants chinois souffrent de «l’effet coronavirus»

CinémaLe Festival du film vert bourgeonnera dans tout le canton de NeuchâtelLe Festival du film vert bourgeonnera dans tout le canton de Neuchâtel

SantéSymptômes, propagation, guérison, les principales questions que l’on se pose sur le coronavirusSymptômes, propagation, guérison, les principales questions que l’on se pose sur le coronavirus

Top