30.11.2018, 17:14

La Vue-des-Alpes n’est plus minée

chargement
Il n'y a plus d'explosifs à La Vue-des-Alpes.

Explosifs Les automobilistes neuchâtelois et les autres peuvent franchir le col de La Vue-des-Alpes sans crainte. Il n’y a plus d’ouvrages minés sur le site depuis quatre ans, selon les réponses que nous avons obtenues auprès des autorités.

Des dizaines de tonnes d’explosifs sont-elles emmurées à La Vue-des-Alpes? Conseiller général à La Chaux-de-Fonds, l’UDC Hughes Chantraine pose cette question au Conseil communal. Les réponses obtenues par nos soins auprès du canton et de la Confédération permettent d’ores et déjà de le rassurer.

L’interpellation de l’élu est à l’ordre du jour de la séance du Conseil général de ce mardi 27 novembre. La Ville de La Chaux-de-Fonds est allée à la pêche aux renseignements. Le Service neuchâtelois de la sécurité civile et militaire (SSCM) a obtenu mardi en début d’après-midi la réponse du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS): «Il n’y a aucun dépôt de munitions dans la région de La Vue-des-Alpes

Une vieille histoire

Il y a certes eu plusieurs ouvrages minés sur la route du col, pour en détruire des portions en cas d’invasion ennemie. Mais ces dispositifs ne sont plus en service et les explosifs qui s’y trouvaient ont été enlevés en juillet 2014, affirme le DDPS. Celui-ci précise d’ailleurs que «tous les ouvrages minés existants en Suisse ont été vidés avant fin 2014».

C’est l’actualité récente autour d’un dépôt de munitions à Mitholz, dans l’Oberland bernois, qui a inquiété Hughes Chantraine. «Quand je suis arrivé de Genève à La Chaux-de-Fonds il y a près de trente ans, j’ai rencontré un ancien colonel de l’armée. Il m’avait expliqué que plusieurs dizaines de tonnes d’explosifs avaient été emmurées à La Vue-des-Alpes», raconte l’élu. Selon les dires de cet ex-gradé, l’armée aurait renoncé à évacuer les explosifs du fait de leur instabilité.

«Peut-être qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir et j’en serais très heureux», relève Hughes Chantraine. «Mais si des explosifs instables sont entreposés dans la montagne, il serait bien de le savoir.» Ce n’est donc pas le cas, selon les autorités.

Du sable à la place de la poudre

D’autres explosifs militaires sont-ils en embuscade ailleurs dans le canton de Neuchâtel? A la connaissance du SSCM, ce n’est le cas ni sur les routes, ni dans des dépôts de munitions. Mais dans ce dernier cas,  le secret est bien gardé. Par mesure de sécurité, le DDPS refuse de révéler la nature, la quantité et l’emplacement des stocks de l’armée.

Pour revenir aux ouvrages, «les derniers ouvrages ont été déminés il y a trois ou quatre ans par l’armée», confirme Charles Michel, président de l’association consacrée à la sauvegarde du patrimoine militaire neuchâtelois Pro Fortins. Il y en avait partout. «Pratiquement tous les ponts, les tunnels et même des routes forestières étaient minés», selon Charles Michel. «On était sûr que l’armée avait oublié un chemin au-dessus de Boveresse. Mais quand nous avons ouvert le couvercle, c’était rempli de sable…»

Article modifié le 30 novembre 2018 avec complément.


À lire aussi...

dangerBerne: ravagé en 1947, l'ancien dépôt de munitions du Mitholz menace toujours d'exploserBerne: ravagé en 1947, l'ancien dépôt de munitions du Mitholz menace toujours d'exploser

Top