La milice, «The Knick» et Toni Morrison, les bons plans de Frédéric Mérat

chargement

Culture Des miliciens et de l’embrouille en politique, en passant par un hôpital qui questionne, découvrez les bons plans de notre journaliste.

 29.01.2020, 14:37
La milice, «The Knick» et Toni Morrison, les bons plans de Frédéric Mérat

Sous en politique

Le Grand Conseil neuchâtelois est en couverture de ce livre, édité à Neuchâtel. Sinon, il n’est pas vraiment question du canton dans ce recueil consacré au système politique suisse.

Les Neuchâtelois apparaissent toutefois dans deux tableaux. Ici, un conseiller d’Etat gagne un plus de 240 000 francs par an. Les autres cantons romands sont plus généreux.

Quant à nos députés, en touchant 200 francs par séance, ils coûtent pratiquement deux fois et demie moins cher que leurs homologues vaudois.

«Le système de milice et la professionnalisation politique en Suisse», sous la direction d’Andrea Pilotti et Oscar Mazzoleni, éd. Livreo-Alphil, 2019.


Emotion à l’hôpital

La fièvre du débat hospitalier neuchâtelois est retombée. En cette période de trêve, il est fascinant de se plonger dans la fiction. Nous sommes à l’hôpital Knickerbocker, dans un quartier populaire de New York. En ce début du 20e siècle, la chirurgie a des airs d’artisanat et de roulette russe.

L’œuvre questionne en abordant une multitude de thèmes brûlants: racisme, sexisme, avortement ou encore corruption. Alors que notre environnement s’est aseptisé, la série a au moins un mérite: nous rappeler que l’émotion prend souvent le pas sur la raison et que ce n’est pas forcément un mal.

«The Knick», série télévisée en deux saisons réalisée par Steven Soderbergh, disponible en DVD.

Autorité dans le langage

L’autoritarisme, il en est question chez nos voisins de Macronie. Rien de tel chez nous, où l’Etat exerce son autorité de manière plus subtile et moins personnalisée. Son questionnement ne s’en trouve pas facilité.

Cet avertissement de Toni Morrison claque comme un coup de fouet: «La vérité pose problème au belliciste, au tortionnaire, au voleur en col blanc, au politicard, au système judiciaire corrompu et à la population comateuse.»

Feue l’auteure américaine blâme le «langage étatique qui embrouille», celui «mensonger des médias bêtifiants» ou encore le «langage scientifique régi par la production de marchandises».

«La source de l’amour-propre», Toni Morrison, éd. Christian Bourgois, 2019.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Carnet noirL'écrivaine Toni Morrison, première Afro-Américaine à avoir reçu le prix Nobel de littérature, est décédéeL'écrivaine Toni Morrison, première Afro-Américaine à avoir reçu le prix Nobel de littérature, est décédée

Top