06.01.2018, 00:01

La colère des grands-parents

Abonnés
chargement

 06.01.2018, 00:01 La colère des grands-parents

Par sdx

Ils sont très exactement 20, issus de tout l’Arc jurassien, pas forcément nés de la dernière pluie acide. Tous revendiquent leur statut de grands-parents et ont pour louable objectif de léguer à leurs petits-enfants «un environnement sûr et sain».

Ces 20 ont donc signé une lettre, au nom de...

Ils sont très exactement 20, issus de tout l’Arc jurassien, pas forcément nés de la dernière pluie acide. Tous revendiquent leur statut de grands-parents et ont pour louable objectif de léguer à leurs petits-enfants «un environnement sûr et sain».

Ces 20 ont donc signé une lettre, au nom de leur association, «Grands-parents pour le climat Bejune», certes respectueuse, mais ferme, adressée à Doris Leuthard, présidente sortante de la Confédération. Ils y expriment toute leur incompréhension et leur colère, suite à la récente décision du Conseil fédéral de «prolonger la licence du glyphosate sans condition».

Présidente interpellée

Oui, pour les membres de cette association, cette décision est incompréhensible. «Madame la présidente (réd: la décision du Conseil fédéral date de 2017, année de présidence de la ministre argovienne), permettre l’utilisation du glyphosate met la vie de nos petits-enfants en danger. Nous ne pouvons donc pas nous taire», s’exclament-ils. Pour eux, «ne serait-ce qu’en vertu du principe de précaution», l’utilisation de cet herbicide commercialisé en 1975 devrait être «complètement gelée».

Malformations et cancers

Dans leur argumentaire, les Grands-parents pour le climat rappellent les conclusions de nombreuses études concluant à la dangerosité de ce produit, «herbicide total, détruisant tout végétal». Ils notent aussi qu’il a été classé «cancérigène probable» par le Centre international de recherche sur le cancer. Ils énumèrent enfin les malformations constatées chez des animaux lors d’expériences menées en Argentine ou les contaminations des eaux des nappes phréatiques, notamment au Sri Lanka, pays qui «a, avec intelligence, interdit l’usage du glyphosate.»

Ce produit «contrevient aux droits fondamentaux de l’homme à la santé et à un environnement sain», concluent les signataires, «très inquiets de la passivité des autorités fédérales» face à cette question. sdx


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top