24.08.2019, 22:12

L’armée fait sa pub aux portes ouvertes du château de Colombier

chargement
1/13  

Garde-à-vous Cinq ans après une première édition, la journée portes ouvertes au château de Colombier a réuni samedi la grande foule. Les démonstrations de l’armée ont rencontré un franc succès, tout comme celles de la Police neuchâteloise et de l’école de police. Et le musée militaire, fermé depuis cinq ans, a revu des visiteurs.

L’armée suisse est censée être toujours à l’heure. Samedi en milieu de journée, elle avait cependant un petit quart d’heure d’avance sur son programme au château de Colombier. Les trois drapeaux, suisse, neuchâtelois et de la commune de Milvignes, ont été apportés à midi pile par les hommes du service alpin de l’armée au brigadier Franz Nager, au président du Conseil d’Etat Alain Ribaux et à la présidente de la commune de Milvignes, Marlène Lanthemann.

Et les militaires ne sont pas arrivés par la grande porte du château. Ils ont utilisé la tyrolienne installée quelques heures au-dessus de la cour, tendue entre les deux tours. Le conservateur cantonal Jacques Bujard a craint un moment que les militaires ne percent les murs du château pour fixer leur tyrolienne. Mais ils se sont contentés de l’amarrer soigneusement à de solides points d’ancrage à l’intérieur du bâtiment. 

Il y a cinq ans, une première journée portes ouvertes au château de Colombier avait connu un indéniable succès populaire. Les autorités cantonales ont souhaité renouveler l’expérience cette année et, pour l’occasion, l’armée a été associée plus étroitement encore à l’organisation de cette manifestation.

Colombier, capitale de l’infanterie

La FOAP Inf (Formation d’application de l’infanterie), l’entité qui regroupe toute l’instruction pour l’infanterie de l’armée suisse, est basée à Colombier où est hébergée également une école de recrues (soit 400 futurs soldats). Le commandant de la FOAP, le brigadier Franz Nager, a donc été un des maîtres d’œuvre, avec son équipe, de ces portes ouvertes. Celles-ci constituaient d’ailleurs la journée des parents de l’école de recrues.

Les démonstrations militaires, sur la partie herbeuse dite du «triangle», de l’autre côté de la route cantonale, ont séduit les nombreux visiteurs de tous âges qui avaient fait samedi le déplacement à Colombier. En particulier, les tours en chars à roues Piranha et les parcours pour les enfants. Autour du château, le mur de grimpe du service alpin de l’armée et les démonstrations spectaculaires de la police neuchâteloise et du Centre interrégional de formation de police ont également été très prisés. Globalement, entre 7000 et 8000 personnes ont participé à cette journée.

L’archéologue de la chaussure

Le Lausannois Serge Volken était l’un des exposants présents samedi dans une des salles du musée militaire. Cet artisan sur cuir a créé, avec sa femme Marquita, un musée de la chaussure qui repose sur l’aspect archéologique de ce produit. Les époux Volken ont ainsi refait à l’identique des modèles de chaussures, avec des outils d’époque, dont certains sont vieux de plusieurs milliers d’années. 
Pour ce faire, ils utilisent des vestiges retrouvés par les archéologues. Leur collection comprend également de nombreux modèles de chaussures utilisées par les militaires au fil des siècles, notamment par l’armée suisse. 
Plus d’informations sur leur petit musée sur leur site www.shoemusum.ch

Une intervention musclée mais efficace

Une compagnie d’infanterie de l’école de recrue de Colombier présentait samedi la reconstitution d’une intervention dans un bâtiment occupé par des forces «hostiles». Un ensemble de pièces d’un bâtiment avait été construit sommairement et une vingtaine de soldats, lourdement équipés, devaient intervenir selon un processus très précis pour sécuriser le bâtiment, arrêter les deux personnes «ennemies» en tentant de limiter au maximum les risques. Mais l’exercice comprenait également un soldat blessé à la jambe et nécessitant donc une intervention médicale urgente. A l’issue de la démonstration, accompagnée d’explications précises, toutes les recrues participant à l’exercice étaient présentées individuellement avec leur équipement spécifique et leur mission particulière.

Des soldats suisses à l’étranger

Les missions internationales que remplit l’armée suisse étaient également présentées samedi à Colombier. Le service Swissint de promotion de la paix à l’étranger montrait notamment des véhicules utilisés par la Swisscoy pour la Kfor, la force armée multinationale mise sur pied par l’ONU et qui œuvre au Kosovo depuis vingt ans. Les soldats suisses membres de la Swisscoy, actuellement près de 200, participent à différentes missions de la Kfor, avec en particulier une équipe médicale. C’est d’ailleurs une ambulance blindée qui était présente samedi à Colombier et plusieurs membres de Swissint, reconnaissables à leur béret bleu des Nations unies, qui expliquaient aux visiteurs les raisons de leurs missions à l’étranger.

Redécouvrir le musée militaire

Certains participants à la journée portes ouvertes du château de Colombier avaient fait spécialement le déplacement de Genève ou de Berne pour visiter les salles du musée militaire de Colombier et du petit musée de la Police neuchâteloise. Depuis l’automne 2014 et le départ à la retraite de sa conservatrice, le musée militaire est en effet fermé au public et n’est accessible qu’à l’occasion de visites privées.

Samedi, toutes les salles étaient cependant ouvertes exceptionnellement au public et ce dernier était nombreux pour déambuler dans le dédale de corridors, d’escaliers et de pièces de réception et d’exposition. Les deux salles dont les murs sont recouverts des toiles patriotiques peintes par Charles L’Eplattenier ont été particulièrement visitées.

La première, consacrée à la mobilisation 1914-1918 et réalisée par l’artiste lors de son service militaire, est parfois ouverte aux hôtes du restaurant du château. Mais la deuxième salle, que L’Eplattenier a peinte quelques années plus tard pour évoquer la création de la Confédération helvétique, est rarement visible.

Même si elle date de cinq ans, la fermeture du musée militaire ne devrait être que temporaire. Les autorités cantonales souhaitent mettre en place une structure commune de gestion des trois châteaux de Colombier, Boudry et Valangin. Les discussions sont en cours mais elles se heurtent pour l’heure à des impératifs financiers. Affaire à suivre donc.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PORTES OUVERTESArmée, police, patrimoine: le château de Colombier s’ouvrira au public au mois d’aoûtArmée, police, patrimoine: le château de Colombier s’ouvrira au public au mois d’août

Top