18.11.2019, 17:00

Horlogerie: «Il y a rupture entre le monde académique et l’industrie»

Premium
chargement
Jacques Jacot, ancien professeur de l’EPFL et président de l’Association suisse pour la recherche horlogère (ASRH).

Horlogerie A l’occasion de la 9e Biennale du patrimoine horloger, le CIFOM et la HE-Arc Ingénierie ont invité Jacques Jacot, ancien professeur de l’EPFL et président de l’Association suisse pour la recherche horlogère (ASRH), à une table ronde sur le thème «Formation horlogère, où va-t-on?». Interview.

Samedi 2 novembre, à l’occasion de la 9e Biennale du patrimoine horloger, le CIFOM et la HE-Arc Ingénierie ont organisé une table ronde sur le thème «Formation horlogère, où va-t-on?»

Alors que l’excellence de la formation initiale dans la région a été relevée dans la discussion, les différents intervenants ont aussi insisté sur le besoin urgent de trouver des solutions globales et de s’unir autour d’une vision commune pour assurer l’avenir de cette industrie....

À lire aussi...

La Chaux-de-Fonds: le Musée international d’horlogerie met en souscription une montre créée à son imageLa Chaux-de-Fonds: le Musée international d’horlogerie met en souscription une montre créée à son image

GRAND PRIX D’HORLOGERIELes Neuchâtelois Bulgari et Voutilainen ont été primés deux fois au Grand Prix d’horlogerie de GenèveLes Neuchâtelois Bulgari et Voutilainen ont été primés deux fois au Grand Prix d’horlogerie de Genève

EMPLOI«Les groupes français ont modernisé l’horlogerie suisse»«Les groupes français ont modernisé l’horlogerie suisse»

HorlogerieLe Swiss made, un argument pour de jeunes marquesLe Swiss made, un argument pour de jeunes marques

HorlogerieLes exportations horlogères ont bondi en septembreLes exportations horlogères ont bondi en septembre

Top