26.08.2019, 15:07

Conservatoire neuchâtelois: moins de solfège, plus de plaisir

Premium
chargement
Du statut de "punition", Sylvain Jaccard, directeur du Conservatoire de musique neuchâtelois, espère que le solfège passera à celui de "réjouissance".

Formation Le Conservatoire de musique neuchâtelois s’oriente vers un enseignement du solfège «sur-mesure», afin de le rendre plus digeste auprès des élèves. Une réforme maousse qui concerne, à terme, près de 1600 élèves.

A quoi sert le solfège? «A rien!», répondent catégoriquement bien des musiciens, rebutés à l’idée de devoir étudier ce qui est pourtant le fondement de la musique. Pourtant, le solfège est à la musique ce que la grammaire est à la langue française: indispensable.

Le Conservatoire neuchâtelois, las de voir des élèves dégoûtés par cette matière, revoit intégralement l’enseignement de sa théorie musicale en cette rentrée. Ainsi, sa durée obligatoire d’apprentissage diminuera (environ six ans, contre huit actuellement), tout comme...

À lire aussi...

MusiqueConcours suisse des jeunes talents: 4 élèves du Conservatoire neuchâtelois ont scotché le juryConcours suisse des jeunes talents: 4 élèves du Conservatoire neuchâtelois ont scotché le jury

DécouverteLe Conservatoire de musique de Neuchâtel s’ouvre au public le temps d’un samediLe Conservatoire de musique de Neuchâtel s’ouvre au public le temps d’un samedi

MusiqueUn regain d’intérêt pour la harpe pousse le Conservatoire neuchâtelois à agrandir son parc d’instrumentsUn regain d’intérêt pour la harpe pousse le Conservatoire neuchâtelois à agrandir son parc d’instruments

MusiqueConservatoire neuchâtelois: Ils croquent la musique à pleines dentsConservatoire neuchâtelois: Ils croquent la musique à pleines dents

Top