03.08.2015, 09:20

Comment vivre en saltimbanque dans le canton de Neuchâtel?

chargement
Par Nadja Hofmann

Vivre de son art dans le canton de Neuchâtel, est-ce vraiment possible? Rencontre avec des artistes qui ont osé relever le défi et qui donnent leurs recettes du succès.

?On ne sait pas de quoi demain serait fait, rien n?est jamais acquis. Il y a des projets qui tombent, les d?ceptions sont nombreuses?, explique Antoinette Rychner, auteure neuch?teloise qui a fait partie de la premi?re vol?e de jeunes auteurs form?s ? l?Institut litt?raire ? Bienne. Depuis plus d?une ann?e, la jeune femme de 32 ans parvient ? vivre de sa plume en se partageant entre diff?rents projets de th??tre. ?Il faut trouver un ?quilibre entre trop et pas assez de projets, c?est tout le probl?me de l?intermittence.?

Un quotidien fait de sacrifices
Autre revers du m?tier de cr?ateur, l?engagement ?motionnel tr?s intense. ?L??criture est un travail solitaire, on se sent parfois d?connect? de la r?alit?. Et on est peu disponible pour son entourage, car on a toujours la t?te plong?e dans ses projets?, confie Antoinette Rychner. Cette instabilit? permanente n?est pas facile ? vivre au quotidien, et certains artistes pr?f?rent privil?gier la s?curit?, telle la chanteuse neuch?teloise Cindy Santos qui s?est fait conna?tre en participant ? ?La Nouvelle Star? en 2006. ?Vivre de la Musique reste un r?ve de petite fille, mais je ne me sens pas pr?te ? tous les sacrifices. Jouer l?aventuri?re, ce n?est pas pour moi. La s?curit?, c?est ma priorit?, affirme la jeune femme de 26 ans qui a les pieds bien sur terre.

La polyvalence avant tout
Il semblerait qu?il vaut mieux avoir plusieurs cordes ? son arc en Suisse, contrairement ? la France o? les artistes sont catalogu?s dans un domaine et peinent ? en sortir. Floriane Iseli, 33 ans, est ? la fois com?dienne, chanteuse, professeur de chant et directrice de l??cole de com?die musicale Evaprod ? La Chaux-de-fonds. Elle revendique ces diff?rentes casquettes: ?C?est appr?ci? ici en Suisse d?avoir plusieurs talents et de pouvoir se glisser dans diff?rents styles. Je ne voulais pas me cantonner au chant classique, du coup je suis partie suivre une formation dans une ?cole de com?die musicale ? Paris. Ce qui me permet de participer aussi bien ? des projets classiques, qu?? des com?dies musicales ou ? des projets de th??tre.?

Le com?dien neuch?telois Jean-Luc Barbezat m?ne aussi depuis plus de 25 ans une carri?re tr?s diversifi?e et il s?en r?jouit: ?Avec Cuche, on a mont? des revues, on a fait des spectacles en duo, on a montr? nos zizis, on a aussi jou? au th??tre pour enfants, au cirque Knie. On a aussi nos activit?s chacun de son c?t?, moi dans la mise en sc?ne et le coaching de jeunes humoristes. En Suisse, c?est r?ellement possible de faire des choses tr?s diff?rentes.?

Un job alimentaire? ou pas
Si certains artistes arrivent ? vivre de leur art en d?clinant les modes d?expressions artistiques, d?autres traversent des p?riodes plus difficiles. L?artiste visuel neuch?telois Christophe Lam?bert, 41 ans, exil? ? Bienne depuis de nombreuses ann?es, a d? reprendre un travail ? mi-temps apr?s avoir pu vivre de son art durant quelques ann?es. Cette situation lui a permis de trouver un certain ?quilibre: ?Paradoxalement, cette s?curit? financi?re me permet de plus me consacrer ? mon art, et de faire moins de compromis. Avant, je devais faire des choses plus commerciales pour pouvoir vendre, alors que maintenant je peux me permettre de cr?er des choses plus personnelles.?

Cindy Santos, elle, a pu vivre de la musique durant les deux ann?es qui ont suivi sa sortie de ?La Nouvelle Star?: ?J?ai donn? des concerts en France, en Belgique et en Suisse, c??tait super. Puis j?ai d? reprendre un travail, j?ai des factures ? payer comme tout le monde!? Aujourd?hui, la jeune femme travaille ? mi-temps dans un h?pital de la r?gion comme r?ceptionniste m?dicale. ?Cela me laisse du temps pour la musique, j?ai la chance de tourner avec deux projets: le groupe Guarana Goal et mon premier album solo qui sort ces jours-ci.?

Une v?ritable petite entreprise
?Il faut initier des projets pour que cela tourne, il faut se bouger et ?tre actif?, raconte Floriane Iseli qui ? son retour de Paris a fond? sa propre ?cole de com?die musicale ? La Chaux-de-Fonds, une ?cole qui propose des cours aussi bien ? des enfants qu?? des adultes. ?Cela marche tr?s bien, il y avait une vraie demande pour une ?cole de ce genre?. Autre avantage d??tre l?initiateur d?un projet artistique, la possibilit? d?engager des coll?gues: ?Quand un projet se monte, c?est important d?en faire profiter les autres? affirme Floriane Iseli. Jean-Luc Barbezat envisage lui aussi son m?tier comme un v?ritable chef d?entreprise: ?Je n?ai jamais cotis? au ch?mage, j?ai toujours voulu ?tre ind?pendant. Ce qui signifie que c?est ? toi seul de faire tourner ton affaire?. Pas question pour le com?dien de miser sur la facilit?: ?Si tu fais artiste, ce n?est pas pour avoir des garanties. Tu acceptes de mener une vraie vie de saltimbanque, et tu prends des vrais risques?.

Des artistes pas tr?s rock?n?roll
Quand on demande ? Jean-Luc Barbezat si la situation d?artiste est pr?caire en Suisse, il sourit: ?Au contraire, ce n?est pas assez pr?caire! Nous sommes dans un pays riche, et les artistes trouvent des solutions ? gauche ? droite. Ils ont souvent une femme institutrice. Tout ce petit confort les emp?che de prendre des risques et de cr?er des choses folles. Regardez les artistes belges, ils sont mille fois plus inventifs car ils sont oblig?s de cr?er des choses diff?rentes pour se faire remarquer?. Christophe Lambert pense lui aussi que les artistes doivent apprendre ? se d?brouiller seuls: ?Ils ne doivent pas ?tre des assist?s. C?est bien qu?ils re?oivent des aides ponctuelles pour un projet, mais ils doivent se donner les moyens de s?en sortir seuls. Cela fait partie du parcours d?un artiste d?avoir de la volont? et de se battre?.

R?agissez ? la question de la semaine du ?Courrier neuch?telois?: L'Etat doit-il aider les artistes ? s'en sortir ou au contraire faut-il les laisser se d?brouiller seuls?

Vos r?ponses jusqu'? lundi midi par courriel sign? ? question@courrierneuchatelois.ch

Vos textes seront publi?s dans la prochaine ?dition.

Le statut des artistes

En Suisse, la majorité des artistes de la scène (comédiens, techniciens, danseurs contemporains, etc.) vivent dans le système de l'intermittence, avec des contrats à court terme, généralement de 2 à 3 mois. Suite à la révision de la loi sur le chômage en avril dernier, ils doivent avoir cotisé au moins 12 mois sur les 2 dernières années pour avoir droit au chômage, avec la spécificité que chaque nouveau contrat compte double (par exemple, un engagement de 2 mois compte 4 mois auprès de l'assurance chômage). Certaines catégories d'artistes, notamment les artistes d'art visuel, les peintres et les écrivains, ont souvent le statut d'indépendant. Pour arriver à boucler les fins de mois, certains de ces artistes sont enseignants. /NHO

Des soutiens étatiques ponctuels

La ville de la Chaux-de-fonds, la ville de Neuchâtel, et le Service des affaires culturelles du canton soutiennent la création artistique en attribuant 4 fois par année, sur dossier, des aides à la création sous forme de subventions ponctuelles qui varient entre 500 francs et 10'000 francs selon le projet. Ils mettent aussi régulièrement au concours des ateliers à l'étranger pour les artistes. Ces séjours de 6 mois sont assortis d'une bourse. Récemment, la ville de la Chaux-de-fonds a fait l'acquisition d'un immeuble qui devrait accueillir à terme plusieurs associations culturelles et sociales. Elle loue un grand local de répétition à un prix symbolique de cent francs par mois à l'association Inter-du-Mitan qui regroupe une dizaine de troupes de théâtre indépendantes de la région. D'autres fondations et organismes apportent aussi leur soutien aux artistes. Par exemple, Antoinette Rychner a pu bénéficier d'un atelier d'écriture dramatique, «Textes en Scènes», initié par la Société Suisse des Auteurs (SSA), Pro Helvetia, le Pour-cent culturel Migros et l'association Autrices et Auteurs de Suisse (AdS) qui lui a permis d'écrire une pièce sous l'œil d'un auteur confirmé. La jeune auteur précise: «Monter un dossier pour obtenir des fonds prend beaucoup de temps, et cela empiète sur la création. Mais cela fait partie du jeu». /NHO


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

DistractionsSemaine blanche sans neige: que faire avec les enfants?Semaine blanche sans neige: que faire avec les enfants?

DéchetsLa Chaux-de-Fonds: treize tonnes de poubelles en moinsLa Chaux-de-Fonds: treize tonnes de poubelles en moins

Treize tonnes de poubelles en moins

A La Chaux-de-Fonds, 27 familles ont participé à une opération zéro déchet, mise sur pied par l’association Umwelt...

  22.02.2020 15:00
Premium

ParitéLangage inclusif, serviettes hygiéniques: les lycées neuchâtelois repensent l’égalitéLangage inclusif, serviettes hygiéniques: les lycées neuchâtelois repensent l’égalité

ParitéJouets, lectures, enseignement: les Neuchâtelois à l’école de l’égalitéJouets, lectures, enseignement: les Neuchâtelois à l’école de l’égalité

GardeSoutien fédéral important pour les crèches et le parascolaire neuchâteloisSoutien fédéral important pour les crèches et le parascolaire neuchâtelois

Top