14.05.2018, 13:18

Un plan pour plus de diversité dans les administrations neuchâteloises

chargement
Le Conseil d'Etat neuchâtelois annonce comment il entend favoriser l'intégration des communautés migrantes dans le canton.

 14.05.2018, 13:18 Un plan pour plus de diversité dans les administrations neuchâteloises

Le Conseil d'Etat présente une feuille de route pour que l'administration reflète davantage la diversité de la population neuchâteloise. Un nouvel outil pour favoriser l'intégration des étrangers, alors que les discriminations minent la cohésion sociale.

Le Conseil d'Etat veut que l'administration cantonale reflète davantage la diversité de la population neuchâteloise. Il vient d'adopter une "feuille de route", et propose aux administrations communales de s'en inspirer. Le document suit les recommandations de la Communauté pour l'intégration et la cohésion culturelle. Pour Jean-Nat Karakash, Conseiller d'Etat de l'économie et des affaires sociales, le document "s'inscrit dans une vision qui fait de la diversité une richesse", positionnement historique du canton "qui l'a souvent conduit à faire œuvre de pionnier" en accordant le droit de vote aux étrangers, en édictant une loi sur l'intégration et en instituant une commission consultative ouverte aux communautés étrangères.

A lire aussi: Commission cantonale: les étrangers neuchâtelois mieux représentés

Alain Ribaux, Conseiller d'Etat en charge de la justice, détaille le plan. Il s'agit de faire en sorte que l'Etat soit exemplaire dans son approche de l'intégration. Cette exemplarité devra se traduire, selon le ministre, par "une communication très claire dans les discours des représentants de l'Etat, dans l'accueil des collaborateurs. La présence d'acteurs concernés est envisagée lors des processus dénomination. La feuille de route sera mise en évidence dans les locaux de l'administration.

Le Canton enquêtera sur la diversité dans l'administration

L'Etat devra aussi renforcer son rôle de garant à l'égalité d'accès, notamment en traduisant les documents essentiels dans différentes langues ou en valorisant les compétences linguistiques des membres de l'administration. Une meilleure visibilité sera accordée aux espaces de consultation pour les victimes de discrimination.

Enfin, l'Etat souhaite encourager les candidatures "issues de la diversité" dans les offres d'emploi et former les cadres à la problématique afin que l'administration soit un meilleur reflet de cette diversité neuchâteloise.

Qu'en est-il à l'heure actuelle? Difficile à dire. Céline Maye, déléguée cantonale aux étrangers, illustre le problème: la majorité de la douzaine d'employés du service est suisse. Manque de diversité? A voire, car la majorité d'entre eux sont nés ailleurs. La seule statistique disponible au sujet de la présence d'employés d'origine étrangère se base sur la nationalité. Une mesure qui ne permet pas, selon l'administration, une juste mesure de la diversité en son sein. Un problème lorsque l'on sait que les discriminations à l'embauche sont difficiles à prouver. Il est donc difficile de s'en prémunir.

A lire aussi: Un programme sur quatre ans pour mieux intégrer les migrants dans le canton de Neuchâtel

 

 

 


Top