26.03.2020, 05:30

Ces Neuchâtelois qui ont choisi de vivre sans téléphone portable

Premium
chargement
Ceux qui refusent d'avoir un smartphone développent souvent des stratégies pour pouvoir utiliser celui d'un proche.

Société Ras-le-bol d’être joignables en tout temps, refus de tomber dans la dépendance à un objet connecté, peur d’être fliqués: quelques rares Neuchâtelois ont choisi de vivre sans téléphone portable. En période de coronavirus, comment résistent-ils à la pression sociale? Témoignages.

Les anti-smartphone sont une espèce rare en Suisse. Selon les données des opérateurs, 100% des foyers sont équipés de téléphones portables, et le pays a dépassé le ratio d’un appareil par habitant. Alors, comment les résistants s’organisent-ils? Ce choix de vie est-il mis à mal par la crise sanitaire actuelle liée au coronavirus? Des Neuchâtelois témoignent.

«Les smartphones sont de véritables nids à germes!»

«Je n’ai jamais eu de téléphone portable et je revendique haut et fort le droit de ne pas en avoir! Oui, je suis une espèce… à préserver.»...

À lire aussi...

EnvironnementNeuchâtel: le smartphone est l’ennemi méconnu du climatNeuchâtel: le smartphone est l’ennemi méconnu du climat

TéléphonieCornaux: «Electrosensible, ces antennes m’empêchent de dormir»Cornaux: «Electrosensible, ces antennes m’empêchent de dormir»

Classement mondialLes Suisses gardent en moyenne 1237 photos sur leur smartphoneLes Suisses gardent en moyenne 1237 photos sur leur smartphone

Top