26.03.2020, 05:30
Lecture: 16min

Ces Neuchâtelois qui ont choisi de vivre sans téléphone portable

Premium
chargement
Ceux qui refusent d'avoir un smartphone développent souvent des stratégies pour pouvoir utiliser celui d'un proche.

Société Ras-le-bol d’être joignables en tout temps, refus de tomber dans la dépendance à un objet connecté, peur d’être fliqués: quelques rares Neuchâtelois ont choisi de vivre sans téléphone portable. En période de coronavirus, comment résistent-ils à la pression sociale? Témoignages.

Les anti-smartphone sont une espèce rare en Suisse. Selon les données des opérateurs, 100% des foyers sont équipés de téléphones portables, et le pays a dépassé le ratio d’un appareil par habitant. Alors, comment les résistants s’organisent-ils? Ce choix de vie est-il mis à mal par la crise sanitaire actuelle liée au coronavirus? Des Neuchâtelois témoignent.

«Les smartphones sont de véritables nids à germes!»

«Je n’ai jamais eu de téléphone portable et je revendique haut et fort le droit de ne pas en avoir! Oui, je suis une espèce… à préserver.»...

À lire aussi...

EnvironnementNeuchâtel: le smartphone est l’ennemi méconnu du climatNeuchâtel: le smartphone est l’ennemi méconnu du climat

TéléphonieCornaux: «Electrosensible, ces antennes m’empêchent de dormir»Cornaux: «Electrosensible, ces antennes m’empêchent de dormir»

Classement mondialLes Suisses gardent en moyenne 1237 photos sur leur smartphoneLes Suisses gardent en moyenne 1237 photos sur leur smartphone

Top