01.12.2020, 10:48

Agriculture: face au suicide, il faut briser le tabou

chargement
Selon une étude d'Agroscope, les agricultrices et les agriculteurs sont deux fois plus exposés à l’épuisement professionnel que le reste de la population.

Agriculture Le risque de suicide est plus élevé chez les agricultrices et les agriculteurs que pour le reste de la population suisse. Dans le canton de Neuchâtel, un réseau de sentinelles a été formé pour ouvrir le dialogue entre pairs et éviter ces drames.

Sorti au cinéma il y a une année, «Au nom de la terre» a bouleversé ses spectateurs. Inspiré de l’histoire personnelle de son réalisateur Edouard Bourgeon, le film parle du suicide dans le monde agricole. Une thématique difficile que l’écrivain et agriculteur suisse Jean-Pierre Rochat aborde également avec une grande franchise dans son roman «Petite brume», publié en 2017 aux éditions D’Autre part.

Ces deux œuvres retranscrivent une réalité qui touche la population agricole. En 2017, Agroscope, le centre de compétence de la Confédération pour la recherche agronomique, publie une étude qui indique que les agricultrices et les agriculteurs sont deux fois plus exposés à l’épuisement professionnel que le reste de la population.

«Au-delà du métier d’agriculteur, c’est toute la population agricole au sens large qui est plus vulnérable au risque de suicide que le reste de la population», confirme le Docteur Stéphane Saillant, médecin chef du département de psychiatrie générale et liaison au Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP) et vice-président du Groupe romand prévention suicide (GRPS). «L’accès aux soins lui est plus difficile et les problèmes de santé mentale, ainsi que le suicide, restent des sujets très tabous, en particulier dans le milieu agricole.»

Assurer un relais avec les pairs

Pour prévenir ces drames, la Chambre neuchâteloise d’agriculture et de viticulture (Cnav) a mis en place un réseau de sentinelles, en collaboration notamment avec les autorités cantonales, dont le service de la santé publique, le GRPS et le CNP. Stéphane Saillant, qui a travaillé sur ce projet, explique: «Initialement, il s’agit d’une action vaudoise que nous avons transposée à Neuchâtel au printemps 2018. Les agriculteurs et les personnes qui travaillent au contact du monde rural pouvaient s’inscrire pour participer à une formation de sensibilisation d’une demi-journée.»

Les sentinelles sont donc des pairs, susceptibles ainsi d’être en contact avec les personnes en détresse. «Lors de la formation, ces volontaires reçoivent une information ciblée sur la prévention du suicide. Leur rôle n’est pas d’apporter une aide thérapeutique, mais plutôt d’être en mesure d’identifier des situations à risque et d’orienter les individus en souffrance dans le réseau de soins. Il s’agit également d’insister sur la nécessité de ne pas rester seul avec cette problématique et de chercher de l’aide.»

«Il ne faut pas avoir peur d’aborder le thème du suicide»

Contrôleur pour l’Association neuchâteloise des agriculteurs en production intégrée (Anapi), Thierry Oppliger a suivi la formation sentinelle. «L’Anapi nous a encouragés à nous inscrire. Je me suis dit que ce serait bien de savoir comment réagir, comment être à l’écoute de personnes qui traversent ces difficultés.» Dans le cadre de son activité de contrôleur, l’agriculteur du Pâquier est un témoin direct du mal-être que vivent certains de ses collègues: «C’est toujours une situation stressante de se faire contrôler. Une ferme, c’est quelque chose de vivant. Il est très difficile d’être en ordre au quotidien sur tous les aspects administratifs.»

Depuis la formation, il a été confronté à une situation où il a pu mettre en pratique les conseils reçus: «Lors d’un contrôle, j’ai pu voir que la personne était vraiment très anxieuse. En prenant le temps de discuter, elle s’est ouverte et m’a fait part de sa détresse. C’était une personne plutôt âgée, qui n’avait pas appris le métier avec la pression administrative que l’on connaît aujourd’hui. Ce que l’on apprend dans ce cours et qui est primordial, c’est qu’il ne faut pas avoir peur d’aborder le thème du suicide. En réalité, une fois que le mot est sorti, on se retrouve à égal niveau avec son interlocuteur, il comprend qu’on l’écoute vraiment.»

Dans le canton de Neuchâtel, 66 personnes au total ont pris part aux sessions de formation. «Pendant ces demi-journées, les volontaires ont participé à des jeux de rôles, une méthode qui permet de déconstruire certaines représentations», décrit Stéphane Saillant. Le psychiatre a noté une réelle implication de la part des participants: «J’ai été surpris de voir à quel point ils étaient ouverts à la discussion. Certains ont pu évoquer leur situation personnelle et leur tentative de suicide. Au quotidien, il est très difficile de parler de ses problèmes psychologiques. Or, il est essentiel d’oser en parler, de tendre la main.»

«La personne qui tente de se suicider ne cherche pas à mourir, mais à arrêter de souffrir»

A la suite de la diffusion de l’émission «Mise au point», de la RTS, sur le suicide des agriculteurs, Martial Robert, éleveur aux Entre-Deux-Monts, a interpellé ses collègues lors d’une assemblée de la société d’agriculture de La Chaux-de-Fonds en 2017. Un message relayé alors dans les pages d’«ArcInfo». «Il y a eu beaucoup de soutien des politiques et du service de la santé publique, notamment du docteur Stéphane Saillant. Après la parution de l’article, j’ai aussi eu des rendez-vous avec des personnes en difficultés qui ont pris contact.»

Martial Robert échange ainsi volontiers avec ceux qui en ressentent le besoin. «Je ne cache pas trop mon ressenti, ce qui fait qu’il est peut-être plus facile de parler avec moi. J’essaie de prendre contact par téléphone. C’est parfois plus simple de parler ainsi, un peu comme lorsqu’on est en voiture, on arrive à avoir une discussion plus forte.»

Agriculteur, il comprend les problèmes rencontrés par ses pairs: «Les milieux écologiques notamment, même s’ils cherchent à bien faire, mettent une pression de plus en plus forte sur les agriculteurs. A chaque nouvelle mesure, ce sont des paragraphes en plus dans le cahier des charges, et des contrôles qui s’ajoutent. Cela peut être très difficile à gérer, surtout si à côté l’équilibre familial ou social n’est pas bon. Ce que j’ai compris au fil du temps, c’est que la personne qui tente de se suicider ne cherche pas à mourir, mais à arrêter de souffrir.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AgricultureAgriculteur, un job administratif comme les autresAgriculteur, un job administratif comme les autres

Agriculteur, un job administratif?

L’image de l’agriculteur sur ses champs ou dans sa ferme ne reflète, aujourd’hui, qu’une part de la réalité du métier....

  18.02.2020 10:39

LA SAGNEAppel pour lutter contre le suicideAppel pour lutter contre le suicide

Appel pour lutter contre le suicide

L’éleveur Martial Robert invite les paysans à la bienveillance pour prévenir les actes désespérés dans le milieu...

  11.02.2017 00:01
Premium

AgricultureProduits phytosanitaires: à quel prix protéger les récoltes suisses?Produits phytosanitaires: à quel prix protéger les récoltes suisses?

Top