14.01.2021, 18:10

A Neuchâtel, des mamans vendent des badges pour la recherche contre le cancer de l’enfant

chargement
L'association a été créée en 2016 après le décès de la petite Yohanna (image d'illustration).

Association L’association Des soleils pour princesse Mimi réunit des mamans neuchâteloises qui organisent régulièrement des événements dans toute la région dans le but de récolter des fonds pour la recherche contre le cancer de l’enfant.

Le 15 février, journée internationale du cancer de l’enfant, les mamans courageuses de l’association Des soleils pour princesse Mimi seront présentes dans plusieurs commerces neuchâtelois pour une vente spéciale de badges solidaires.

Actives dans toute la région, ces mamans mènent un combat sans relâche contre le cancer de l’enfant. A travers de nombreuses actions de sensibilisation et de récolte de fonds, elles organisent régulièrement des événements pour soutenir la recherche, et aussi soutenir les familles d’enfants malades.

Née en 2016, l’association a été créée par un groupe d’amies en soutien à la mère de Yohanna, une petite fille qui est décédée des suites d’un médulloblastome (tumeur au cerveau).

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

DeuilCarnet noir: le basketteur Paul Westphal est décédé d’un cancer du cerveauCarnet noir: le basketteur Paul Westphal est décédé d’un cancer du cerveau

SantéNeuchâtel: ensemble, elles rament en rose contre le cancer du seinNeuchâtel: ensemble, elles rament en rose contre le cancer du sein

SantéCovid-19 et oncologie: «Avec ce virus, il ne faut pas relâcher sa méfiance»Covid-19 et oncologie: «Avec ce virus, il ne faut pas relâcher sa méfiance»

TémoignageCamelia Herrmann, Neuchâteloise de 37 ans, se reconstruit après un cancer du seinCamelia Herrmann, Neuchâteloise de 37 ans, se reconstruit après un cancer du sein

Top