03.08.2015, 09:20

Au milieu du gué

chargement
Par françois nussbaum

Didier Burkhalter apparaît comme un homme au milieu du gué. C'est probablement un sort commun à la plupart des ministres, mais là, on peut clairement mesurer le chemin parcouru et celui qui mène à l'autre rive, mais on sait qu'une crue peut encore être déclenchée et tout emporter.

Le système suisse de santé, de haute qualité et accessible à tous, menaçait d'exploser en raison d'un manque de coordination qui s'aggravait entre ses composantes et les intérêts divergents de ses multiples acteurs. Des acteurs que Didier Burkhalter, mieux que d'autres, parvient à sensibiliser en commun.

On a aujourd'hui une assurance maladie sociale dont l'évolution des dépenses est à peu près stabilisée. Grâce à des baisses de prix dans les médicaments, les analyses, les lunettes (des mesures pas toujours populaires mais efficaces). Mais aussi grâce à des projets élaborés et présentés de manière à montrer une direction cohérente.

Le conflit sur les «réserves cantonales diluées dans un pot commun» a pu être désamorcé, grâce à de nouvelles règles sur le calcul des réserves en fonction des risques, alors qu'une nouvelle loi de surveillance attend les assureurs.

Et il y a les grandes réformes, dites «structurelles», à commencer par l'encouragement à créer des réseaux de médecins. Dans lesquels la concertation systématique entre eux et la prise en charge globale des patients permettent des économies substantielles tout en gagnant en qualité.

Mais cette réforme, qui doit recevoir l'aval définitif du Parlement demain, est menacée de référendum depuis des mois par un syndicat (le SSP) et par un groupe de médecins qui mènent une guerre de tranchée contre le principe même des réseaux, et qui ont réussi à entraîner leurs collègues.

Si cette alliance bigarrée l'emporte (les socialistes y sont), on en reviendra au conflit entre le libéralisme du marché de la Santé et la médecine d'Etat. Un conflit qui a duré dix ans et qu'on croyait enfin dépassé.

Du coup, on bazarderait aussi le renforcement du système de compensation des risques entre caisses, qui doit couper leurs pratiques de «chasse aux bons risques». Bref, on accumulerait les signaux de retour au chaos, au moment où entre en vigueur le nouveau financement hospitalier, qui ouvre sur l'inconnu en mettant les hôpitaux en concurrence.

Le milieu du gué n'est pas un abri.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

HumourChronique de Christophe Bugnon: on s’en footChronique de Christophe Bugnon: on s’en foot

PolitiquePoint de vue de Nicolas Turtschi: «Tout est question d’équilibre, hélas»Point de vue de Nicolas Turtschi: «Tout est question d’équilibre, hélas»

Chronique"Slipknot sans culotte", l’air du temps de Vicky Huguelet"Slipknot sans culotte", l’air du temps de Vicky Huguelet

Chronique«Irrésistibles migrations», l’air du temps de François Nussbaum«Irrésistibles migrations», l’air du temps de François Nussbaum

FinancesPoint de vue de Rémy Cosandey: «Les plus modestes trinquent toujours»Point de vue de Rémy Cosandey: «Les plus modestes trinquent toujours»

Top