Une Amérique vénale

chargement

DIPLOMATIE La politique étrangère du président Donald Trump se retourne contre les intérêts des Etats-Unis, notamment après l’abandon des Kurdes en Syrie.

Par Thierry JAcolet
 17.10.2019, 00:01
Lecture: 8min
Premium
En Syrie, la Turquie–à droite, le président Recep Tayyip Erdogan, avec Donald Trump–est la grande gagnante de l’abandon des Kurdes  par les Etats-Unis, tout comme les Russes, qui dominent la région.

Un homme d’affaires dans un fauteuil de président. Le milliardaire Donald Trump dirige la première puissance mondiale comme une entreprise, depuis la Maison-Blanche: en fonction du rapport coût-bénéfice. Le parrainage de l’Arabie saoudite? La promesse de milliards de dollars en retour. L’abandon des Kurdes syriens? Ils n’apportent rien aux Américains, si ce n’est des problèmes. Le retrait de l’accord...

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 12 maiCoronavirus: toutes les nouvelles du 12 mai

conflitProche-Orient: plus de 70 morts dans les affrontements entre Israël et le HamasProche-Orient: plus de 70 morts dans les affrontements entre Israël et le Hamas

ConflitProche-Orient: pluie de roquettes sur Tel-Aviv, frappes musclées d’Israël sur GazaProche-Orient: pluie de roquettes sur Tel-Aviv, frappes musclées d’Israël sur Gaza

PandémieItalie: sur île de Procida, on mise sur le "Covid-free" pour attirer les touristesItalie: sur île de Procida, on mise sur le "Covid-free" pour attirer les touristes

live
MONDECoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 11 maiCoronavirus: toutes les nouvelles du mardi 11 mai

Top