Tuerie d'Orlando: après le massacre, le travail du FBI au coeur des interrogations

chargement

drame Alors que l'auteur de la tuerie d'Orlando étai connu du FBI pour sa radicalisation, comment a-t-il pu s'acheter des armes sans problème? Une question importante qui revient au lendemain du drame qui a fait au moins 50 morts et et autant de blessés.

  13.06.2016, 11:32
1/17  

Comment un homme connu du FBI pour sa radicalisation a-t-il pu acheter des armes et passer à l'acte, tuant au moins 50 personnes dimanche? La question revient avec insistance, au lendemain du massacre.

Un des blessés, Angel Colon Jr, a décrit à son père un agresseur maître de lui-même, qui a agi avec méthode. "Il passait devant chaque personne au sol et lui tirait dessus, pour être sûr qu'elle était morte", a expliqué, à la sortie de l'hôpital Orlando Regional Medical Center, Angel Colon, qui porte le même nom que son fils.

Le déroulement n'est pas sans rappeler celui de l'attentat du Bataclan, à Paris, le 13 novembre, avec une prise d'otages conclue par un assaut.

A mesure que l'urgence des premières heures se dissipe, tous les regards sont plus que jamais tournés vers l'enquête. Elle doit maintenant tenter de déterminer si Omar Seddique Mateen a agi seul ou sur ordre et comprendre son parcours vers un passage à l'acte.

Le FBI l'a interrogé à deux reprises pour des liens présumés avec des activistes islamistes. La première enquête s'est déroulée en 2013 à la suite de propos véhéments tenus par Omar Mateen devant des collègues témoignant de sa sympathie à l'égard des radicaux musulmans, a dit Ron Hopper, agent du FBI.

Omar Mateen travaillait à cette époque en tant qu'agent de sécurité au sein de G4S, une entreprise britannique spécialisée figurant parmi les plus importantes au monde dans ce secteur. Cette dernière a précisé qu'Omar Mateen avait été embauché en septembre 2007 et qu'il était armé dans le cadre de son travail.

Pas une menace substantielle

Le FBI a enquêté à son sujet et l'a interrogé à deux reprises mais la police fédérale américaine n'a "pas été en mesure de vérifier le contenu de ses propos", a dit Ron Hopper.

La deuxième enquête a eu lieu en 2014, cette fois pour des liens présumés avec Moner Mohammad Abusalha, un Américain auteur d'un attentat suicide cette même année en Syrie. Le FBI a alors conclu que les contacts entre les deux hommes étaient minimes et qu'Omar Mateen "ne constituait pas une menace substantielle à cette époque", a dit Ron Hopper, ajoutant qu'aucune enquête ou surveillance n'était en cours au moment de l'attaque de dimanche.

Durant la tuerie, Omar Mateen a appelé les services de secours américains et a alors prêté allégeance à l'Etat islamique, ce qui laisse les enquêteurs perplexes quant à la réelle implication de l'organisation djihadiste dans ces événements.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

MassacreTuerie d'Orlando: recueillements après la pire fusillade de l'histoire américaineTuerie d'Orlando: recueillements après la pire fusillade de l'histoire américaine

TuerieMassacre d'Orlando: la connexion avec Daech n'est pas confirméeMassacre d'Orlando: la connexion avec Daech n'est pas confirmée

Top