08.12.2017, 00:01

Trois pays de l’Est devant la justice de l’Union européenne

Abonnés
chargement

 08.12.2017, 00:01 Trois pays de l’Est devant la justice de l’Union européenne

Par ats

Bruxelles a renvoyé, hier, trois pays de l’Est devant la justice européenne pour avoir refusé leurs quotas d’accueil de Réfugiés ces deux dernières années. L’UE n’est toujours pas sortie de cette controverse, malgré la baisse de la pression migratoire.

Le recours lancé contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque devant la Cour de justice de l’UE (CJUE)...

Bruxelles a renvoyé, hier, trois pays de l’Est devant la justice européenne pour avoir refusé leurs quotas d’accueil de Réfugiés ces deux dernières années. L’UE n’est toujours pas sortie de cette controverse, malgré la baisse de la pression migratoire.

Le recours lancé contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque devant la Cour de justice de l’UE (CJUE) concerne le plan de répartition de dizaines de milliers de demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce, lancé en 2015 au plus fort de la crise migratoire. Ce plan est arrivé à échéance, mais la question des «relocalisations» reste brûlante. Les Européens sont enlisés dans la négociation de nouvelles règles pour garantir une future solidarité avec les pays en première ligne face à des arrivées massives et se divisent sur l’idée de mesures d’accueil obligatoires.

Programme peu respecté

La Commission européenne a décidé de ne pas attendre qu’un compromis soit trouvé pour l’avenir. Elle a lancé, hier, son action en justice contre les trois pays qui se sont montrés les plus récalcitrants contre le plan qui a été en vigueur de septembre 2015 à septembre 2017.

Sur un objectif initial de 160 000 «relocalisations», il n’a permis le transfert effectif que que quelque 32 000 personnes. La Hongrie et la Pologne n’ont ainsi accueilli personne. Et «la République tchèque n’a procédé à aucune relocalisation depuis août 2016 ni offert aucune nouvelle place depuis plus d’un an», a expliqué l’exécutif européen. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top