08.12.2017, 00:18

Très attendu en Grèce, le président Erdogan joue les provocateurs

Premium
chargement
Le premier ministre grec, Alexis Tsipras (à gauche), et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, hier à Athènes.
Par Delphine Minoui

GRÈCE-TURQUIE Le chef d’Etat turc, le premier reçu depuis 65 ans, a remis en cause les frontières.

Le voyage grec de Recep Tayyip Erdogan avait été annoncé comme une visite historique, la première d’un chef d’État turc en 65 ans. Elle devait marquer un tournant positif dans les relations houleuses entre Ankara et son voisin européen. Mais, dès son arrivée, le président turc n’a pas manqué d’évoquer des questions qui blessent. Lors d’un échange direct avec...

À lire aussi...

live
MONDECoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 27 janvierCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 27 janvier

CommémorationJournée de l’holocauste: une survivante alerte sur la résurgence de l’antisémitismeJournée de l’holocauste: une survivante alerte sur la résurgence de l’antisémitisme

HistoireEclairage: «L’Ethiopie, partenaire de l’Europe au Moyen Age»Eclairage: «L’Ethiopie, partenaire de l’Europe au Moyen Age»

enquêteAffaire Grégory: la justice accepte de nouvelles expertises ADNAffaire Grégory: la justice accepte de nouvelles expertises ADN

Harcèlement sexuelAccord d’indemnisation de 37 victimes présumées d’Harvey WeinsteinAccord d’indemnisation de 37 victimes présumées d’Harvey Weinstein

Top