02.08.2015, 19:51

Taux de radioactivité inquiétant dans l'eau près de la centrale de Fukushima

chargement

Le Japon a annoncé aujourd'hui avoir mesuré des niveaux d'iode radioactif 1250 fois supérieurs à la norme légale en mer près de la centrale en péril de Fukushima. Cela renforce les craintes d'une rupture de l'étanchéité d'un ou plusieurs réacteurs.

Cette forte concentration aggrave les risques de contamination alimentaire par les produits de la mer dont raffolent les Japonais. Hier, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a invité les Etats à «tirer des leçons» de la crise nucléaire en cours dans le nord-est du Japon.

Quelques heures auparavant, le Premier ministre japonais Naoto Kan avait reconnu que l'évolution restait «imprévisible» à Fukushima Daiichi (No1).

Le nouveau relevé d'iode 131 a été effectué hier par la compagnie d'électricité gérant le site, Tokyo Electric Power (Tepco), et rendu public aujourd'hui par l'Agence japonaise de sûreté nucléaire.

Poissons contrôlés
«Si vous buvez 50 centilitres d'eau courante avec cette concentration d'iode, vous atteignez d'un coup la limite annuelle que vous pouvez absorber. C'est un niveau relativement élevé», a expliqué un porte-parole de l'Agence de sûreté.

Il a ajouté que si la radioactivité relâchée dans l'océan se diluait avec les marées, la quantité absorbée par les algues et animaux marins pourrait être moindre. «En outre, la concentration d'iode se réduit de moitié tous les huit jours, donc lorsque les gens mangeront les produits de la mer, sa quantité aura probablement fortement diminué», a-t-il précisé.

Mardi, un taux d'iode avait été détecté à un niveau 126 fois supérieur à la limite fixée par le gouvernement dans l'océan Pacifique. Les pouvoirs publics nippons avaient alors annoncé un renforcement des contrôles sur les poissons et fruits de mer pêchés le long des côtes.

Césium 137
Tepco a néanmoins mesuré de surcroît une concentration de césium 137 presque 80 fois supérieure à la limite légale. Il s'agit d'une substance radioactive dont la concentration ne se réduit de moitié que tous les trente ans.

L'organisation écologiste Greenpeace a annoncé aujourd'hui qu'elle allait effectuer des relevés de radioactivité en dehors de la zone d'exclusion de 20km autour de la centrale. Depuis le début de la crise, «les autorités ont en permanence donné l'impression de sous-estimer à la fois les risques et l'étendue de la contamination radioactive», a affirmé l'ONG.

Efforts incessants
Pour éviter un détérioration catastrophique de la situation à Fukushima, les techniciens, pompiers et militaires déployés sur place jour et nuit doivent absolument parvenir à faire baisser la température des réacteurs.

Cela impose la remise en marche du circuit de refroidissement. Celui-ci a été mis hors service par le Séisme et le tsunami qui ont frappé la région le 11 mars, y faisant 10'151 morts et 17'053 disparus selon un dernier bilan provisoire.

Pics de radioactivité
Mais les opérations sont fréquemment entravées par de pics de  radioactivité et des difficultés techniques. Tepco a en outre indiqué aujourd'hui avoir découvert une nouvelle quantité d'eau fortement  radioactive dans la centrale, faisant craindre un délai supplémentaire.

«Une flaque d'eau fortement contaminée a été découverte au sous-sol du bâtiment de la turbine du réacteur numéro 1», a confirmé un responsable de l'Agence de sûreté nucléaire.

«Même si les raisons exactes (de la présence de cette eau radioactive) restent à éclaircir, il se pourrait que de l'eau de la cuve du réacteur ait fui par des tuyaux ou des valves endommagés reliant (le réacteur) au bâtiment de la turbine», a ajouté ce responsable.

De l'eau montant jusqu'à un mètre a également été découverte dans le sous-sol des bâtiments de la turbine des réacteurs 2 et 4. Des analyses sont actuellement effectuées pour vérifier si elle est polluée, a-t-il poursuivi.

Trois ouvriers, chaussés seulement de bottines en caoutchouc, ont été contaminés jeudi par une flaque d'eau très fortement radioactive lors d'une intervention dans la turbine située derrière le réacteur 3. Deux ont dû être hospitalisés avec des brûlures aux pieds. Les opérations de refroidissement pourraient prendre encore au moins un mois, selon un responsable. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

restructurationBanques: HSBC va supprimer 35'000 emplois après la chute du bénéfice en 2019Banques: HSBC va supprimer 35'000 emplois après la chute du bénéfice en 2019

cinémaL’actrice italienne Claudia Cardinale sera à Fribourg pour le prochain FIFFL’actrice italienne Claudia Cardinale sera à Fribourg pour le prochain FIFF

InsoliteCoronavirus: vol à main armée de papier toilette à Hong KongCoronavirus: vol à main armée de papier toilette à Hong Kong

EpidémieCoronavirus: un dissident qui avait critiqué la gestion de l’épidémie arrêtéCoronavirus: un dissident qui avait critiqué la gestion de l’épidémie arrêté

BarbarieMexique: Indignation après l’assassinat d’une fillette de 7 ansMexique: Indignation après l’assassinat d’une fillette de 7 ans

Top