06.02.2017, 22:07

Roumanie: le gouvernement refuse de céder à la pression des manifestants

chargement
Les Roumains sont toujours dans la rue, mais la mobilisation faiblit ce lundi.

protestations Alors que la Roumanie vit ses plus importants mouvements de contestation depuis la chute de Ceausescu, le gouvernement refuse de démissionner malgré la pression de la rue. Les manifestants protestent contre la réforme d'une loi anticorruption qui gangrène le pouvoir.

Le gouvernement social-démocrate roumain au pouvoir depuis à peine un mois a rejeté lundi les appels à la démission lancés par des dizaines de milliers de manifestants. Ces derniers ont déjà obtenu ce week-end l'abrogation d'un décret contesté sur la corruption.

Face au plus vaste mouvement de contestation depuis la chute du communisme en 1989, le gouvernement de Sorin Grindeanu a retiré dimanche ce décret dépénalisant certains faits de corruption concernant des sommes inférieures à 200'000 lei (47'300 francs).

Mais il doit désormais retrouver la confiance des Roumains, dont plusieurs dizaines de milliers scandaient dimanche soir: "Nous ne vous croyons pas, nous n'abandonnerons pas."

Certains manifestants, parmi les 250'000 recensés dimanche à Bucarest, ont promis de revenir chaque jour dans la rue jusqu'à ce que l'abrogation du décret soit confirmée par le Parlement, où le Parti social-démocrate (PSD) est largement majoritaire avec son allié ALDE.

 

Mobilisation en baisse

Lundi soir, 25'000 personnes se sont rassemblées devant le siège du gouvernement, soit bien moins que les jours précédents, pour réclamer la démission de Sorin Grindeanu et la tenue de législatives anticipées.

Dans le même temps, une autre manifestation, forte de 4000 personnes, a eu lieu pour la deuxième journée consécutive sous les fenêtres de la présidence, pour accuser le chef de l'Etat Klaus Iohannis, de centre droit, d'être l'instigateur des marches antigouvernementales de la semaine dernière.

 

Après avoir présidé une réunion de l'état-major de son parti, le chef du PSD, Liviu Dragnea, principale cible de la colère des manifestants, a adopté lundi un ton de défi face à la contestation.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

corruptionLa Roumanie abroge son décret contesté sur la corruption, les manifs continuentLa Roumanie abroge son décret contesté sur la corruption, les manifs continuent

ManifestationRoumanie: le gouvernement retire son décret assouplissant la loi anti-corruptionRoumanie: le gouvernement retire son décret assouplissant la loi anti-corruption

Roumanie: loi anti-corruption retirée

À Bucarest, ces cinq derniers jours, des milliers de Roumains étaient descendus dans les rues afin de protester contre...

  04.02.2017 22:39

ColèreRoumanie: la colère de 15'000 Roumains contre un décretRoumanie: la colère de 15'000 Roumains contre un décret

Roumanie: la colère de 15'000 Roumains

Les hommes politiques pourraient être exemptés de poursuites pénales, d'après un décret. Une décision qui met en colère...

  22.01.2017 21:47

Top