03.08.2015, 09:16

Pas de négociations sans une légitimité internationale

chargement
Par ats-afp-reuters

«Il n'y aura pas de négociations sans légitimité internationale ni un arrêt complet de la colonisation» israélienne, a déclaré Mahmoud Abbas. Le président de l'autorité palestinienne s'exprimait devant une foule de partisans à Ramallah (Cisjordanie), à son retour de New York, où il a présenté la demande historique d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU.

«Nous avons confirmé aux yeux de tous que nous voulions jouir de nos droits par des moyens pacifiques, par des négociations, mais pas n'importe quelles négociations», a-t-il ajouté.

Le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, ONU et Russie) a proposé vendredi aux Israéliens et aux Palestiniens de reprendre des pourparlers de paix avec l'objectif d'aboutir à un accord final fin 2012.

Mais cette proposition - que doit «étudier» la direction palestinienne dans les prochains jours - ne mentionne pas explicitement le gel des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Elle ne fait pas non plus clairement référence aux frontières de 1967.

Mahmoud Abbas veut que toute reprise des négociations avec Israël soit basée sur les lignes du 4 juin 1967, délimitant un futur Etat de Palestine comprenant la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem- Est. Les Palestiniens veulent en faire leur capitale.

Côté israélien, on se dit disposé à accepter le plan du Quartette afin, comme l'a expliqué le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, de «remercier» les Etats-Unis pour leur soutien aux Nations unies contre la revendication palestinienne. Le ministre a également prédit de «graves répercussions» en cas de reconnaissance d'un Etat palestinien à l'ONU.

Samedi, le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon avait estimé que le calendrier de négociations avancé par le Quartette n'était «pas sacré» et que tout dépendrait d'une acceptation par les Palestiniens d'«une reprise des négociations sans conditions préalables».

Interrogé hier aux Etats-Unis par la chaîne de télévision NBC, le premier ministre Benjamin Netanyahu a de nouveau appelé les Palestiniens à reprendre les discussions sans préconditions.

Les négociations sont au point mort depuis un an. Même si elles étaient relancées, elles auraient peu de chances d'aboutir tant les deux camps sont éloignés.

Accueil triomphal

A Ramallah, Mahmoud Abbas, 76 ans, a été reçu en «héros» hier à son arrivée. Dès son entrée dans la Mouqataa, le siège de la présidence de l'Autorité palestinienne, il s'est rendu au tombeau de l'ancien chef du mouvement national palestinien, Yasser Arafat.

«Nous sommes allés à l'ONU en portant vos espoirs, vos rêves, vos ambitions, vos souffrances, votre vision et votre désir pour un Etat palestinien indépendant», a-t-il souligné dans un discours bref, mais émouvant. / ats-afp-reuters


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PremièreExpo: les ambitions lyriques d'Hitler exposées pour la première foisExpo: les ambitions lyriques d'Hitler exposées pour la première fois

MouvementéPolanski remporte le César de la meilleure réalisation, Adèle Haenel quitte la sallePolanski remporte le César de la meilleure réalisation, Adèle Haenel quitte la salle

GÉOPOLITIQUEL’Antarctique,  terre convoitéeL’Antarctique,  terre convoitée

L’Antarctique, terre convoitée

Le continent blanc va-t-il rester un territoire protégé, symbole de paix, dédié à la science? Deux cents ans après sa...

  29.02.2020 00:01
Premium

CORONAVIRUSLe scénario italien pourrait se répéterLe scénario italien pourrait se répéter

AFRIQUE DU NORDL’ONU face aux «cyniques» en LibyeL’ONU face aux «cyniques» en Libye

Top