31.08.2009, 04:15

Les électeurs japonais plébiscitent l'alternance

chargement

Les Japonais ont voté massivement hier en faveur de l'opposition centriste. Celle-ci a promis de mener une politique plus sociale après 54 ans de règne des conservateurs sur la deuxième économie du monde.

Selon les estimations des médias, le Parti démocrate du Japon (PDJ) obtiendrait entre 298 et 329 sièges sur les 480 de la Chambre des députés, infligeant une cuisante défaite au Parti libéral-démocrate (PLD-droite), le tout-puissant parti conservateur, qui ne récolterait qu'entre 84 et 131 sièges.

Les résultats officiels, en nombre de sièges et en pourcentage, ne seront connus que lundi matin, mais le premier ministre Taro Aso a d'ores et déjà reconnu sa défaite, en annonçant son intention de démissionner de la présidence du PLD. «J'assume mes responsabilités et vais démissionner», a-t-il dit.

M. Aso, 68 ans, qui a atteint des records d'impopularité, devrait toutefois rester à la tête du gouvernement jusqu'à l'élection du nouveau premier ministre, Yukio Hatoyama, 62 ans, président du PDJ, par le Parlement d'ici deux semaines. Déjà majoritaire au Sénat, grâce à l'apport de deux autres partis d'opposition, le PDJ va désormais avoir un contrôle absolu sur le Parlement et la voie libre pour mener son programme ambitieux de réformes.

Après avoir remercié les électeurs pour leur soutien, M. Hatoyama, souriant, a déclaré que le «principal défi sera de faire de cette victoire celle du peuple, sans être arrogant». En votant pour le changement, les Japonais ont voulu également sanctionner les excès de la politique libérale menée par

Au plan diplomatique, M. Hatoyama, riche héritier d'une longue dynastie d'hommes politiques souvent comparée aux Kennedy, est partisan d'un Japon plus indépendant à l'égard des Etats-Unis et davantage tourné vers l'Asie, sans toutefois remettre en cause l'alliance stratégique avec son allié américain. Mais M. Hatoyama est bien conscient qu'une fois l'excitation retombée, les choses sérieuses vont commencer pour son jeune parti qui n'a jamais encore gouverné. «Une lourde responsabilité» attend le parti, a-t-il reconnu.

Le PDJ devrait nommer dès aujourd'hui une équipe restreinte qui sera chargée d'assurer une transition en douceur avec l'administration sortante, sur le modèle de ce qui se pratique aux Etats-Unis. Histoire aussi de se roder à leurs nouvelles responsabilités. Le PLD, artisan du «miracle économique» qui a fait du Japon la deuxième puissance économique du monde, se retrouve relégué dans l'opposition pour la deuxième fois de sa longue histoire à la tête du Japon.

En 1993-94, il avait dû céder le pouvoir à une coalition hétéroclite qui n'avait duré que dix mois. Aujourd'hui, il a face à lui un vrai grand parti d'opposition, maître du Parlement, qui va tout faire pour durer. /ats-apf


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 26 octobreCoronavirus: toutes les nouvelles du lundi 26 octobre

TensionsEtats-Unis: Washington renforce encore ses sanctions contre le pétrole iranienEtats-Unis: Washington renforce encore ses sanctions contre le pétrole iranien

Réseaux sociauxFrance voisine: un lycéen en garde à vue pour apologie du terrorisme à VesoulFrance voisine: un lycéen en garde à vue pour apologie du terrorisme à Vesoul

IncendieEtats-Unis: un violent feu de broussailles entraîne l’évacuation de 60’000 personnes en CalifornieEtats-Unis: un violent feu de broussailles entraîne l’évacuation de 60’000 personnes en Californie

DécisionBolivie: la justice bolivienne lève un mandat d’arrêt contre Evo MoralesBolivie: la justice bolivienne lève un mandat d’arrêt contre Evo Morales

Top