02.08.2015, 19:44

Le retour de «Baby Doc», dictateur presque oublié

chargement

L'ancien président «à vie» haïtien Jean-Claude Duvalier, surnommé «Baby Doc» est revenu en Haïti dimanche après 25 d'exil en France. Portrait.

«Baby Doc», revenu en Haïti dimanche, avait pris le pouvoir à Port-au-Prince à 19 ans. Il avait perpétué une longue dictature dans le pays le plus pauvre du continent américain. A 59 ans, le fils de l'ancien dictateur François Duvalier dit «Papa Doc», a choisi le premier anniversaire du Séisme meurtrier pour réapparaître sur la scène publique en Haïti. «Je suis venu pour aider», a-t-il déclaré à son arrivé à Port-au-Prince après avoir embrassé le sol.

Chassé du pouvoir par une révolte populaire en 1986 après 15 ans de règne absolu à Port-au-Prince, Jean-Claude Duvalier reste une personnalité controversée même après un quart de siècle d'absence. Les autorités d'Haïti estiment que plus de 100 millions de dollars ont été détournés sous le couvert d'œuvres sociales jusqu'à la chute en 1986 de «Baby Doc». Ces prélèvements systématiques sur des entreprises d'Etat notamment auraient été transférés en partie dans des banques suisses.

Berne a essayé d'accélérer la restitution des fonds Duvalier, surtout après le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, mais s'est heurtée à la résistance en justice de la famille Duvalier. Par ailleurs, des plaintes pour «crime contre l'humanité» ont été déposées contre lui en France, son pays d'accueil.

Jean-Claude, né le 3 juillet 1951 à Port-au-Prince, ne semblait pas préparé, lors de son accession au pouvoir à l'âge de 19 ans, à diriger la première république noire des Amériques. Son père qui régnait depuis 1957 était mort le 21 avril 1971. Le lendemain, «Baby Doc» prêtait serment et devenait le plus jeune chef d'Etat du monde. Sa silhouette lourde, ses difficultés d'élocution, sa timidité, son visage lunaire et son goût pour les uniformes baroques n'ont pas donné de lui l'image d'un dictateur implacable, ni d'un technocrate tiers-mondiste.

Témoin depuis l'arrivée de son père au pouvoir - alors qu'il n'avait que 7 ans - de toutes les intrigues, disgrâces, arrestations, exécutions, bombardements de palais et de 11 tentatives de coups d'Etat, Jean-Claude, selon ses intimes, a été profondément marqué par la violence. Il avait, à l'âge de 11 ans, échappé à un violent attentat au cours duquel trois de ses gardes du corps avaient été tués. Crédité même par ses pires ennemis d'avoir mis fin aux disparitions et exécutions sommaires, «Baby Doc» a tenté une timide libéralisation.

Mais sur le fond, le régime restait le même: coupé d'un peuple jamais consulté démocratiquement, soumis au contrôle rigide de la milice «les Tontons macoutes» et surveillé par la vieille garde duvaliériste surnommés «les dinosaures».

Pourtant, il avait changé la constitution, épuré l'Armée et mis au pas les «Macoutes», prononcé en 1977 une amnistie générale, crée une ligue haïtienne des droits de l'Homme, et proposé des élections libres. Mais selon ses opposants, ce n'était là que des concessions faites aux exigences de la politique des droits de l'Homme de l'administration du président américain Jimmy Carter.

Après son mariage avec Michele Bennett, riche héritière protestante et divorcée, issue de la bourgeoisie mulâtre - c'est-à- dire symbole de l'ancien régime haï par les duvaliéristes noirs, catholiques et pauvres - il avait freiné la libéralisation. La presse était revenue sous contrôle. Les quelques opposants restés dans le pays ont été assignés à résidence, entre deux séjours en prison.

Emporté par une révolte populaire en 1986, «Baby Doc» avait été poussé à la démission par les Etats-Unis. La France avait alors accepté de l'accueillir, à titre temporaire. L'ex-président avait ensuite profité d'une retraite dorée dans de vastes demeures de la Côte d'Azur. /ats-afp

«Il doit être jugé, il a volé l'argent du peuple»

La compagne de «Baby Doc», Véronique Roy, a déclaré dimanche que c'est le séisme dévastateur du 12 janvier 2010 et ses quelque 250 000 morts qui ont poussé le couple à revenir en Haïti. «Ça a été le déclic, nous avons vu les images à la télévision», a-t-elle dit alors que le pays vient de commémorer le premier anniversaire de la catastrophe.

«On est revenu en toute simplicité, mais c'est extraordinaire cet accueil, il y a beaucoup d'émotions», a déclaré Véronique Roy, souriante à côté d'un «Baby Doc» taciturne, le regard un peu perdu qui s'est contenté d'expliquer qu'il est venu «aider» Haïti.

Le premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive a pour sa part jugé qu'en tant qu'Haïtien, Duvalier avait le droit de retourner dans son pays. «Pourvu que sa présence ne vienne pas compliquer une situation politique déjà tendue», a-t-il nuancé.

L'ancien président ne récolte cependant pas que des cris de joie. «Il doit être jugé, il a commis des crimes et a volé l'argent du peuple», crie un jeune.

Certains demandent le retour de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, forcé à l'exil en 2004, mais toujours très populaire dans les rues de Port-au-Prince. D'autres lancent des accusations plus appuyées, en exigeant que l'ancien dictateur soit jugé, comme l'a souhaité une organisation haïtienne de défense des droits de l'homme. Tout en reconnaissant que l'ancien président à vie avait le droit de retourner dans son pays, car «la Constitution ne prévoit pas l'exil», le responsable de l'ONG a estimé «que ce sont des crimes contre l'humanité. on ne peut pas parler de prescription dans ces cas». «Haïti fera marche arrière dans la lutte contre l'impunité, le vol et les crimes» si Jean-Claude Duvalier n'est pas poursuivi en justice. «Si un exemple n'est pas tracé, le pays va retomber dans la dictature», a-t-il conclu. /ats-afp

Amnesty International appelle à traduire Jean-Claude Duvalier en justice

L'organisation des droits de l'homme Amnesty International a appelé hier les autorités haïtiennes à traduire en justice l'ancien président Jean-Claude Duvalier, «Baby Doc». Amnesty estime qu'il s'est rendu coupable de «crimes contre l'humanité». /ats-afp


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

En missionEspace: l'équipage spatial s'est arrimé à l’ISSEspace: l'équipage spatial s'est arrimé à l’ISS

live
En directCoronavirus: la Suisse enregistre près de 800 nouveaux cas en 24 heuresCoronavirus: la Suisse enregistre près de 800 nouveaux cas en 24 heures

PandémieCoronavirus: l'Afrique du Sud craint l’explosif cocktail avec le sidaCoronavirus: l'Afrique du Sud craint l’explosif cocktail avec le sida

EspoirCoronavirus: le confinement commence à payer, mais la mortalité reste élevéeCoronavirus: le confinement commence à payer, mais la mortalité reste élevée

Le confinement commence à payer

Le confinement montre ses premiers résultats en Europe, mais la pandémie est loin d’être dépassée. Alors que les...

  09.04.2020 07:14
Premium

live
En directCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 8 avrilCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 8 avril

Top