03.08.2015, 09:02

Le Palais royal figurait sur la liste de l'extrémiste norvégien

chargement

Anders Behring Breivik, auteur des attaques du 22 juillet qui ont fait 77 morts en Norvège, projetait aussi de s'en prendre au Palais royal et à d'autres institutions du pays, comme le siège du parti travailliste au pouvoir, selon la presse locale.

En raison de sa valeur symbolique, le Palais était au nombre des cibles de Behring Breivik, a rapporté aujourd'hui le tabloïde Verdens Gang (VG). Le parti travailliste était selon lui coupable d'oeuvrer pour la société multiculturelle qu'il honnit.

Interrogée par l'AFP, la police n'a pas souhaité confirmer ces informations. «Je ne souhaite pas commenter le nombre ou la nature des cibles qu'il avait en tête. Il s'agit de cibles évidentes pour un terroriste et l'idée était de frapper le gouvernement», a de son côté dit le procureur Paal-Fredrik Hjort Kraby à VG.

«Pendant son interrogatoire, il a dit qu'il projetait de s'en prendre à d'autres cibles mais que, le 22 juillet, il n'avait que le siège du gouvernement et Utoeya», l'île où les jeunes travaillistes étaient réunis en université d'été, a-t-il souligné.

Cité dans la presse hier, l'avocat de Behring Breivik avait déjà tenu des propos allant dans ce sens. «Il a eu plusieurs projets d'ampleur différente ce vendredi-là», avait déclaré Geir Lippestad au quotidien Aftenposten. «Des choses se sont produites ce jour-là, sur lesquelles je ne veux pas revenir, qui ont fait que les choses se sont déroulées différemment de ce qu'il avait prévu».

Selon le tabloïde, qui ne révèle pas ses sources, les enquêteurs estiment que Behring Breivik avait eu des difficultés à fabriquer des explosifs, au-delà de la bombe qu'il reconnaît avoir fait détoner dans le quartier des ministères en plein coeur d'Oslo.

Sécurité assurée
La police, de son côté, dit avoir renforcé la sécurité autour des principales institutions. «Nous avons pour règle de ne pas détailler les mesures mises en place mais la sécurité des institutions est assurée», a déclaré une porte-parole.

Les forces de l'ordre ont inspecté une dizaine de cibles potentielles après les attaques de vendredi mais rien de suspect n'a été repéré, a indiqué un responsable de la police, Johan Frederiksen, lors d'un point de presse hier.

Dans un rapport publié hier soir, le service de renseignement de la police norvégienne, le PST, a jugé qu'il n'y avait pas de raison d'élever le niveau de menaces en Norvège, en raison du caractère «unique» des attaques du 22 juillet. «Selon toute vraisemblance, l'auteur a planifié et mené les actions sans soutien», souligne-t-il. /ats


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

POLITIQUEEtats-Unis: un Américain détenu en Iran libéré, Donald Trump remercie la SuisseEtats-Unis: un Américain détenu en Iran libéré, Donald Trump remercie la Suisse

live
PandémieCoronavirus: le château de Chillon rouvrira ses portes lundiCoronavirus: le château de Chillon rouvrira ses portes lundi

RACISMEEtats-Unis: mort de George Floyd requalifiée en ''meurtre'', quatre policiers inculpésEtats-Unis: mort de George Floyd requalifiée en ''meurtre'', quatre policiers inculpés

RacismeEtats-Unis: l'avocat personnel de Trump dérape à la TV britanniqueEtats-Unis: l'avocat personnel de Trump dérape à la TV britannique

SecoussesSéisme de magnitude 6,4 au large de l’IndonésieSéisme de magnitude 6,4 au large de l’Indonésie

Top