31.05.2016, 13:58

"Le diable d'Alep": une maladie mangeuse de chair se propage au Moyen-Orient

chargement
1/5  

Maladies En plus de la guerre, les Syriens doivent faire face à la prolifération d'une maladie cutanée. Appelée "le diable d'Alep", en référence à la ville syrienne ravagée, la leishmaniose se répand dans les pays limitrophes et pourrait atteindre l'Europe.

Depuis le début du Conflit syrien, une maladie mangeuse de chair se propage dans le pays et sur la route des réfugiés. Surnommée "le diable d'Alep", sa prolifération est due aux conditions sanitaires catastrophiques, aux cadavres en décomposition dans les rues et à l'inexistence de centres de Santé, explique le Daily Mail

Le "diable d'Alep", ou leishmaniose, est transmise par la piqûre de phlébotomes infectés, qui sont des insectes tropicaux plus petits qu'un moustique. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la maladie "provoque des lésions cutanées, principalement des ulcères, sur les parties exposées du corps laissant des cicatrices définitives et des handicaps sévères." En l'absence de traitement, la maladie peut entraîner la mort. En cas de guérison, la rémission s'avère longue et les cicatrices permanentes, rapporte Russia Today.

 

 

 

 

Le mouvement migratoire des Réfugiés répand le "diable d'Alep" dans les pays limitrophes, à savoir la Turquie, la Jordanie et le Liban. Dans ce dernier pays, alors que seuls six cas étaient reportés entre 2000 et 2012, plus de 1'000 personnes en étaient atteintes en 2014. Selon les chiffres de l'OMS, 98% de ces victimes sont des réfugiés syriens, dont un tiers ont moins de 5 ans.

 

 

 

Des centaines de cas de leishmaniose ont également été détectés en Libye et au Yémen. L'arrivée en Europe de réfugiés infectés n'est ainsi pas exclue. S'adressant au DailyMail, Dr Waleed Al-Salem, qui a mené de nombreuses recherches sur la maladie, explique sa complexité: "Lorsqu'on est mordu par cet insecte, cela peut prendre entre deux et six mois avant que l'infection ne se déclenche. Une personne peut donc l'attraper en Syrie mais avoir ensuite migré au Liban, en Turquie ou même en Europe sans savoir qu'il la porte."

 

 

L'OMS assure qu'il s'agit d'une "maladie traitable dont on peut guérir". Pour arrêter sa propagation et l'endiguer, elle appelle à un traitement précoce de la population infectée et à l'amélioration des conditions sanitaires dans les camps de réfugiés.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

conflit syrienSyrie: la trêve à Alep prolongée de 72 heuresSyrie: la trêve à Alep prolongée de 72 heures

SyrieSyrie: plus de 70 morts dans une bataille près d'AlepSyrie: plus de 70 morts dans une bataille près d'Alep

HorreurSyrie: des médecins n'hésitent pas à parler d'"épuration ethnique" par le régime à AlepSyrie: des médecins n'hésitent pas à parler d'"épuration ethnique" par le régime à Alep

SyrieSyrie: des tirs rebelles ont fait au moins 19 morts et 80 blessés à AlepSyrie: des tirs rebelles ont fait au moins 19 morts et 80 blessés à Alep

SyrieNouveaux raides sur Alep malgré les efforts pour un cessez-le-feuNouveaux raides sur Alep malgré les efforts pour un cessez-le-feu

Top