20.12.2016, 18:47

La Turquie et la Russie restent unies après la mort de l'ambassadeur russe à Ankara

chargement
L'assassinat de l'ambassadeur est jugé par les deux pays comme une provocation.

Turquie-Russie L'assassinat de l'ambassadeur russe à Ankara, Andreï Karlov, ne met pas en péril les relations entre la Russie et la Turquie. Les deux pays collaborent sur l'enquête et ont dénoncé conjointement cet acte comme une provocation.

La Russie a dépêché mardi à Ankara une délégation pour enquêter sur l'assassinat la veille de son ambassadeur par un policier turc. Les deux pays ont dénoncé une "provocation" visant à saboter leurs liens.

"Nous ne permettrons absolument pas que nos relations avec la Russie se dégradent", a assuré mardi Recep Tayyip Erdogan. Le président turc a également affirmé avoir convenu avec son homologue russe Vladimir Poutine de poursuivre leur coopération, y compris au sujet de la Syrie.

Proches du tueur en garde à vue

Fait inédit, la Turquie a accepté la participation de 18 enquêteurs, agents des services secrets et diplomates russes aux investigations. La délégation russe a pris part à l'autopsie du corps de l'ambassadeur à Ankara, selon les médias turcs. "Nous devons savoir qui a guidé la main du tueur", a déclaré Vladimir Poutine.

 

Six proches du tireur, dont ses parents et sa soeur, ont été placés en garde à vue mardi à Aydin, ville de l'ouest de la Turquie, a rapporté l'agence de presse Dogan.

Plusieurs journaux turcs ont affirmé mardi que le tireur pourrait être lié au prédicateur Fethullah Gülen, qui est accusé d'être l'instigateur du putsch manqué en juillet. L'intéressé, qui vit en exil aux Etats-Unis, a démenti toute implication. Dans un communiqué il s'est dit "choqué et profondément attristé" par l'assassinat.

Un avion russe a décollé en début de soirée d'Ankara à destination de la Russie avec, à son bord, la dépouille de l'ambassadeur, après une cérémonie d'hommage à laquelle ont assisté notamment la veuve du diplomate ainsi que leur fils.

Il a crié "Allah Akbar"

L'ambassadeur russe Andreï Karlov a été tué de plusieurs balles dans le dos alors qu'il prononçait un discours dans une galerie d'art d'Ankara. Le tireur, qui criait "Allah Akbar" et "N'oubliez pas Alep", a été "neutralisé" par les forces spéciales. Il s'agit d'un policier de 22 ans qui n'était pas en service, selon les autorités.

Cet assassinat est survenu après plusieurs jours de manifestations devant les représentations diplomatiques russes, à Ankara et Istanbul, contre le soutien de Moscou au régime de Damas. Il a eu lieu en plein réchauffement entre la Russie et la Turquie.

Opposés sur le Conflit syrien, les deux pays ont parrainé une trêve ayant permis de lancer l'évacuation de la partie est d'Alep tenue par les rebelles.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

TirsTurquie: coups de feu devant l'ambassade américaine à AnkaraTurquie: coups de feu devant l'ambassade américaine à Ankara

turquieTurquie: c'est au nom d'Alep que l'ambassadeur de Russie a été tuéTurquie: c'est au nom d'Alep que l'ambassadeur de Russie a été tué

Turquie-RussieTurquie: l'ambassadeur russe mortellement blessé dans une attaque par balleTurquie: l'ambassadeur russe mortellement blessé dans une attaque par balle

Top