La présidente sud-coréenne Park propose de réduire son mandat

chargement

COREE DU SUD Eclaboussée par un scandale de corruption et plus impopulaire que jamais, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a déclaré laisser au Parlement tout ce qui concerne son futur.

 29.11.2016, 07:22
Après l'inculpation d'une de ses proches amies pour abus de pouvoir, la présidente est plus impopulaire que jamais.

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye s'est dit prête mardi à quitter le pouvoir avant la fin de son mandat prévue en 2018. Engluée dans un retentissant scandale de corruption, elle souhaite s'en remettre au Parlement.

Saluée par le parti au pouvoir Saenuri, cette annonce surprise a été accueillie avec le plus grand scepticisme par l'opposition. Cette dernière a réaffirmé son intention d'aller jusqu'au bout d'une procédure de destitution, à moins que la présidente ne démissionne.

 

 

Les députés de l'opposition et les indépendants disposent d'une majorité de 171 sièges sur 300 à l'Assemblée nationale. Mais pour être adoptée, la destitution doit obtenir l'aval de deux tiers des voix. Un nombre suffisant de députés du parti Saenuri au pouvoir avaient annoncé leur soutien à cette procédure lancée par les trois principales formations de l'opposition. Le vote d'une motion est prévu vendredi.

La cote de popularité de la présidente est tombée à 4%. Elle n'a cessé de dégringoler à mesure des révélations et des avancées du parquet enquêtant sur l'ancienne confidente de Park Geun-Hye, Choi Soon-Sil. Cette proche est accusée d'avoir profité de ses liens avec cette dernière pour extorquer des sommes astronomiques à diverses entreprises.

Départ négocié?

Des manifestations monstres se succèdent depuis plusieurs semaines pour exiger le départ de la présidente, soupçonnée de "collusion" avec Mme Choi par le parquet.

"Je laisserai la question de mon départ et d'une réduction de la durée de mon mandat à la décision de l'Assemblée nationale", a affirmé dans un discours télévisé la présidente, dont le mandat s'achève début 2018. "Quand les parlementaires auront déterminé les conditions d'une passation qui minimise la vacance du pouvoir et le chaos dans la conduite des affaires, je partirai."

L'annonce est interprétée par certains observateurs comme un effort de la présidente pour négocier son départ contre un abandon des poursuites et éviter l'infamie d'une destitution.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ManifestationCorée du Sud: des milliers de citoyens réclament la démission de leur présidenteCorée du Sud: des milliers de citoyens réclament la démission de leur présidente

Jeux olympiquesJeux olympiques de Pyeongchang: la Suisse face au Canada, à la République tchèque et la Corée du SudJeux olympiques de Pyeongchang: la Suisse face au Canada, à la République tchèque et la Corée du Sud

Top