02.08.2015, 19:44

La ministre Michèle Alliot-Marie chahutée à Gaza

chargement

La première visite à Gaza de la ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie hier a été chahutée par des manifestants pro-Hamas. Cette polémique a jeté une ombre sur son appel à la levée du blocus israélien sur le territoire palestinien.

Michèle Alliot-Marie a été conspuée par quelques dizaines de protestataires lui reprochant des propos qui lui ont été attribués abusivement sur le soldat israélien Gilad Shalit, enlevé en juin 2006, actuellement aux mains du mouvement islamiste Hamas. Sa visite de l'hôpital Al-Quods à Gaza a été perturbée par les manifestants, maintenus à l'extérieur par le service d'ordre, qui ont provoqué une cohue au milieu de laquelle la ministre est restée imperturbable. Une chaussure a été lancée en sa direction, mais elle l'a esquivée, selon des témoins. «Il y a Gilad Shalit, mais aussi 7000 prisonniers palestiniens» dans les prisons israéliennes, pouvait-il être lu sur l'une des banderoles des manifestants, pour la plupart des proches de ces Palestiniens. Par haut-parleur, un manifestant a dénoncé les propos attribués à tort par plusieurs médias, dont la radio israélienne, à Michèle Alliot-Marie.

Ils ont en fait été tenus jeudi devant elle par le père de Gilad Shalit, Noam Shalit, qui a qualifié de «crime de guerre» la détention au secret du soldat, qui a également la nationalité française. «Dans les manifestants, il y avait des mères dont je peux comprendre la tristesse, mais d'autres avaient souvent d'autres visées. Il faut rester serein. Il y avait une trentaine, une cinquantaine de manifestants, ce n'était pas très grave», a dit la ministre après le premier incident.

Dans un discours au Centre culturel français (CCF) de Gaza, elle a appelé Israël à lever complètement le blocus du territoire peuplé d'1,5 million d'habitants, dont 85% dépendent de l'aide internationale. «Le blocus de Gaza engendre la pauvreté et nourrit la violence. Au nom des valeurs de liberté et de dignité que nous avons en partage, la France appelle Israël à y mettre fin», a-t-elle dit. «Des mesures d'allégement ont été prises (par Israël). Elles sont positives mais il faut aller plus loin. Ce sont les importations de biens de construction et de matières premières, les exportations et le libre mouvement des personnes qui doivent désormais être possibles», a plaidé la cheffe de la diplomatie.

Michèle Alliot-Marie s'est entretenue avec les dirigeants de l'Agence de l'ONU pour les Réfugiés palestiniens, mais aucune rencontre n'a eu lieu avec des autorités du Hamas, qui reste un paria de la communauté internationale. Michèle Alliot-Marie avait entamé sa tournée au Proche-Orient jeudi en Israël. /ats-afp


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: le Premier ministre britannique, Boris Johnson, admis aux soins intensifsCoronavirus: le Premier ministre britannique, Boris Johnson, admis aux soins intensifs

TerrorismePour la première fois, les Etats-Unis mettent des suprémacistes blancs sur la liste noirePour la première fois, les Etats-Unis mettent des suprémacistes blancs sur la liste noire

AmourCoronavirus: le confinement profite aux sites de rencontreCoronavirus: le confinement profite aux sites de rencontre

RecordsClimat: le mois de mars 2020 parmi les plus chauds jamais enregistrésClimat: le mois de mars 2020 parmi les plus chauds jamais enregistrés

AudioCoronavirus: quels sons font les villes au temps de la pandémie?Coronavirus: quels sons font les villes au temps de la pandémie?

Top