24.03.2016, 00:51

L’Argentine veut une mémoire apaisée

Premium
chargement
Barack Obama est venu soutenir le virage au centre opéré par le nouveau président argentin, Mauricio Macri.
Par ALICE POUYAT

DIPLOMATIE Barack Obama est arrivé, hier, à Buenos Aires pour marquer son soutien au gouvernement réformateur et rendre hommage aux victimes de la dictature militaire, 40 ans après le coup d’Etat.

En plein cœur de Buenos Aires, sur la très chic avenue Libertador, s’élèvent les bâtiments de l’Esma, l’Ecole de mécanique de la marine argentine, l’un des principaux centres de la répression orchestrée par la dernière dictature argentine, entre 1976 et ...

À lire aussi...

PremièreExpo: les ambitions lyriques d'Hitler exposées pour la première foisExpo: les ambitions lyriques d'Hitler exposées pour la première fois

MouvementéPolanski remporte le César de la meilleure réalisation, Adèle Haenel quitte la sallePolanski remporte le César de la meilleure réalisation, Adèle Haenel quitte la salle

CORONAVIRUSLe scénario italien pourrait se répéterLe scénario italien pourrait se répéter

AFRIQUE DU NORDL’ONU face aux «cyniques» en LibyeL’ONU face aux «cyniques» en Libye

GÉOPOLITIQUEL’Antarctique,  terre convoitéeL’Antarctique,  terre convoitée

L’Antarctique, terre convoitée

Le continent blanc va-t-il rester un territoire protégé, symbole de paix, dédié à la science? Deux cents ans après sa...

  29.02.2020 00:01
Premium

Top