Kate et William se sont dit oui dans la liesse et le faste

chargement

Le prince William et Catherine Middleton se sont dit oui aujourd'hui dans le cadre majestueux de l'abbaye de Westminster lors du «mariage du siècle». Ce dernier a permis à la monarchie britannique d'étaler ses fastes aux yeux du monde 30 ans après les noces de Charles et Diana.

  29.04.2011, 17:40

Après une cérémonie parfaitement orchestrée, les nouveaux mariés ont répondu aux attentes des centaines de milliers de personnes venues les acclamer en échangeant par deux fois un baiser au balcon du palais de Buckingham.

«Oui, je le veux», avait répondu Kate deux heures plus tôt à  l'archevêque de Canterbury, Rowan Williams, sous la nef de l'abbaye  qui avait vu le couronnement de Guillaume le Conquérant en 1066.

D'une voix un peu tremblante, elle a promis d'«aimer, réconforter, respecter et entourer» le prince William. Mais, signe de modernité, elle n'a pas fait voeu d'obéissance à son époux, suivant ainsi l'exemple de Diana, la mère de William.

Robe ivoire avec traîne
En arrivant à Westminster, Catherine Middleton avait mis fin au principal suspense du mariage en sortant d'une Rolls-Royce devant deux milliards de téléspectateurs: elle avait choisi une robe de mariée ivoire pourvue d'une traîne de 2m70. Agrémentée d'un voile et d'un diadème, la tenue a été conçue par Sarah Burton, directrice artistique de la griffe britannique Alexander Mc Queen.

Le prince William, deuxième dans l'ordre de succession au trône,  l'attendait devant l'autel en uniforme rouge des Irish Guards.

La cérémonie a duré à peine plus d'une heure, rythmée par un choeur de jeunes garçons et par le son des trompettes. 1'900 invités avaient pris place dans l'abbaye, dont une quarantaine de têtes couronnées.

Au moins un million de personnes s'étaient également rassemblées dans le centre de Londres pour suivre le mariage, selon une estimation de la police. A titre de comparaison, la police estime que 600'000 personnes étaient venues sur le parcours du mariage de Charles et Diana en 1981, et plus d'un million lors du jubilé d'or en 2002 de la reine Elizabeth II, qui célébrait le 50e anniversaire de son accession au trône.

Duc et duchesse de Cambridge
Tout de jaune vêtue pour l'occasion, la reine a accordé aux futurs mariés les titres de duc et duchesse de Cambridge, le rang le plus élevé de la noblesse britannique.

La messe a été retransmise en direct dans 180 pays. Elle devait être trois fois plus regardée que les noces de Charles et Diana, suivies par 750 millions de personnes.

Parmi la foule massée devant l'abbaye, les premiers bouchons de  champagne ont sauté au moment de l'échange des consentements. «Ils  remettent la monarchie à la mode», se félicitait Louise Akehurst, 25  ans, qui avait campé dehors pour ne rien rater.

Non loin de là, les républicains avaient peine à mobiliser, réunissant 200 personnes pour un rassemblement pacifique intitulé «Non au mariage princier».

Calèche dorée
Dans la capitale pavoisée aux couleurs bleu blanc rouge de l'Union Jack, Catherine et William ont fait le parcours de Westminster au palais de Buckingham dans une calèche dorée tirée par quatre chevaux gris. Ils étaient suivis par quatre attelages transportant la famille, dont la reine qui vient de fêter ses 85 ans.

Escorté par 160 cavaliers, le cortège a défilé devant Big Ben  avant de remonter le Mall. Le dispositif policier comptait plus de  5.000 hommes et en milieu d'après-midi une quarantaine de personnes  avaient été interpellées pour des incidents sans gravité.

Fêtes de quartier

En ce jour férié, plus de cinq mille fêtes de quartier étaient organisées dans l'ensemble du pays, jusqu'à Downing Street, résidence du Premier ministre, David Cameron. Un vin d'honneur était prévu en fin de journée, puis un dîner et une soirée dansante, toujours à Buckingham.

Rien n'a filtré sur l'endroit choisi par le couple pour sa la lune de miel. Ont tour à tour été évoqués les Caraïbes, la Jordanie, les Seychelles, voire l'Ecosse ou les Cornouailles. /ats

Du renouveau dans la tradition

Le mariage cérémonieux du futur roi William V et de Kate a illustré avec éclat l'exercice paradoxal de «renouveau dans la tradition» engagé par la famille royale britannique. Anachronique et moderne, avec un art consommé de la mise en scène et de la technique de survie.

William, 28 ans, et la roturière Catherine Middleton, 29 ans, faits duc et duchesse de Cambridge aujourd'hui à l'occasion de leurs noces, représentent le meilleur espoir de modernisation de la monarchie.

Mais William n'arrive qu'en deuxième position derrière son père un rien guindé, Charles, 62 ans, dans l'ordre de succession au trône. Lequel est occupé depuis 59 ans par la reine Elizabeth II, aujourd'hui âgée de 85 ans. Sa mère, la très populaire «Queen Mum», est décédée à l'âge de 101 ans.

Quelques années pour William
Charles a récemment ravi à son arrière-arrière-grand-père, le roi  Edouard VII, le record de longévité dans le rôle d'héritier présomptif au trône. Autant d'éléments qui indiquent qu'a priori, William dispose de quelques années pour se préparer.

Cela tombe bien, il n'est pas pressé, assurent avec une belle unanimité les experts royaux dûment renseignés par le palais. «Sauf s'il décède avant la reine, Charles sera roi, ne serait-ce qu'un jour» assure Robert Jobson, chroniqueur royal.

«Depuis bientôt 20 ans, le résultat de chaque sondage d'opinion indique que la couronne devrait sauter une génération, et revenir directement au prince William. Mais ce n'est pas ainsi que les choses fonctionnent en Grande-Bretagne», confirme Andrew Morton, auteur d'une biographie à succès de Diana.

«Que vous soyez bon, méchant, indifférent, détestable, vous devenez roi quand arrive votre tour», explique-t-il.

Image très contrôlée

Il se trouve que William et Catherine - dont l'image est étroitement contrôlée par les services royaux de communication - sont généralement perçus comme avenants, modernes, en phase avec leur siècle et populaires.

«Ces deux-là ainsi que leurs enfants seront, pour la génération  Facebook, les personnages les plus importants pour la monarchie au  XXIe siècle, si elle survit», assure Robert Jobson.

«Ceux qui regardaient (la monarchie) avec admiration et respect sont soit morts soit mourants» persifle quant à lui Max Clifford, gourou des Célébrités. A l'entendre, le couple incarne «un nouveau concept de prince et princesse modernes, soigneusement poli avec la prise en compte de nombreux avis professionnels en coulisses. Et jusqu'à nouvel ordre, ça fonctionne très bien».

«Un grand jour pour la monarchie»

«C'est un grand jour pour la monarchie, et un grand jour pour le pays», a commenté à la BBC Lady Antonia Fraser, historienne. Le fait que le mariage d'aujourd'hui ait attiré quelque 2 milliards de téléspectateurs donne la mesure de leur popularité.

Aucune des 40 têtes couronnées venues adouber William ne saurait  prétendre à une telle notoriété. Et le sort des Windsor apparaît enviable au regard des problèmes subis par un grand nombre de familles royales au XXe siècle, en Europe notamment.

Certes, le choix d'Edouard VIII d'abdiquer pour épouser une Américaine divorcée a ébranlé la monarchie en 1936. Elle est aussi apparue vulnérable en 1992, «annus horribilis» marquée par la séparation de 3 des 4 enfants de la reine. Et plus encore en 1997, à la mort de Diana, divorcée du prince Charles et de la famille royale, mais vénérée comme sainte et martyre par la majorité des sujets de sa Majesté.

Campagne de restauration

Mais depuis lors, Elizabeth II a lancé une campagne de restauration tous azimuts, mobilisant les ressources de l'internet, acceptant «gracieusement» une réduction sensible des subsides publics. Résultat, la monarchie est à nouveau perçue comme une «force unificatrice positive» explique Jobson.

Cependant, les Britanniques qui ont plébiscité William aujourd'hui  réclament des réformes, et notamment l'abandon de lois de 1701: celle qui interdit l'accès au trône de catholiques, ou celle qui donne la priorité aux descendants mâles dans l'ordre d'accession au trône. Le gouvernement dit «réfléchir à ces questions». /ats-afp


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: les voyageurs vaccinés à destination de l'Angleterre n'auront plus besoin de faire un testCoronavirus: les voyageurs vaccinés à destination de l'Angleterre n'auront plus besoin de faire un test

santéAu travail: maladies et accidents font 1,9 million de victimesAu travail: maladies et accidents font 1,9 million de victimes

programme spatialMission chinoise Shenzhou-12: de retour sur Terre après 3 mois dans l’espaceMission chinoise Shenzhou-12: de retour sur Terre après 3 mois dans l’espace

Elections russesL’application de vote de Navalny a disparu de Google et AppleL’application de vote de Navalny a disparu de Google et Apple

L’app' de vote de Navalny a disparu

L’application de Navalny, qui permettait aux utilisateurs de savoir quel candidat soutenir dans leur circonscription, a...

  17.09.2021 09:27

feuxSéquoias emballés dans de l’alu pour les protéger des incendiesSéquoias emballés dans de l’alu pour les protéger des incendies

Top