Inondations en Malaisie: des sinistrés contraints au pillage, aide d'urgence augmentée

chargement

Intempéries Les terribles inondations qui frappent le nord de la Malaisie ont fait au moins dix morts et 160'000 déplacés. L'aide insuffisante contraint les sinistrés au pillage. Une rallonge de 140 millions de francs a été annoncée dimanche.

  28.12.2014, 09:19
La situation pourrait encore s'aggraver dans les jours à venir avec l'arrivée d'un nouveau front pluvieux.

Des régions entières sous l'eau, des sinistrés contraints au pillage pour survivre et de nouvelles pluies de mousson en vue: les inondations qui frappent le nord de la Malaisie ont fait au moins jusqu'à présent dix tués et 160'000 déplacés. Une aide d'urgence supplémentaire de 140 millions de francs a été annoncée dimanche.

Le Premier ministre Najib Razak a fait cette annonce pour secourir les habitants des provinces du Kelantan, Terengganu et Pahang. Ceux-ci sont isolés et privés de nourriture et d'eau potable.

Dix personnes ont péri dans les inondations, selon le dernier bilan des autorités, et 160'000 personnes ont été affectées à des degrés divers, dont 8000 seraient totalement coupées du monde dans l'Etat du Kalentan. Dans le sud de la Thaïlande, 14 tués ont été totalisés dans les inondations qui ont commencé à la mi-décembre.

Le vice-ministre malaisien des Transports, Aziz Kaprawi, a indiqué que son pays "a un besoin urgent d'hélicoptères" pour évacuer les localités submergées ou apporter des vivres aux populations nécessiteuses.

Risque d'aggravation

Vue du ciel, la capitale de l'Etat, Kota Bharu, près de la frontière avec la Thaïlande, n'était plus qu'un immense lac boueux. La ville n'a plus d'électricité et les résidents n'ont par endroits d'autre recours que de piller les magasins d'alimentation pour se nourrir.

La situation pourrait encore s'aggraver dans les jours à venir avec l'arrivée d'un nouveau front pluvieux. "Nous nous attendons à de nouvelles précipitations importantes suivies de vents forts" au début de la semaine, a indiqué un responsable de l'agence météorologique malaisienne.

"Diplomatie du golf"

Najib Razak avait été fortement critiqué après la publication dans les réseaux sociaux et les médias de photos le montrant en train de jouer au golf à Hawaï avec Barack Obama. Mais il a dû écourter ses vacances et s'est rendu samedi dans les zones touchées. Dimanche, le Premier ministre a défendu sa "diplomatie du golf", arguant qu'il lui était délicat de décliner une invitation du président américain.

Pour nombre de sinistrés toutefois, la mobilisation qu'ils jugent tardive des autorités est encore insuffisante. "Le centre de secours est très sale, il n'y a pas de collecte d'ordures et c'est infesté de moustiques. Nous n'avons pas beaucoup d'eau", observe l'un d'eux.

Des inondations frappent chaque année la Malaisie pendant la saison des pluies, contraignant les autorités à évacuer des dizaines de milliers de personnes.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: les opposants aux mesures anti-Covid défilent à Winterthour (ZH)Coronavirus: les opposants aux mesures anti-Covid défilent à Winterthour (ZH)

Carnet noirAlgérie: l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika est mortAlgérie: l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika est mort

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 17 septembreCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 17 septembre

AthènesUE – COP26: les pays du sud de l’Europe s’engagent sur l’Accord de ParisUE – COP26: les pays du sud de l’Europe s’engagent sur l’Accord de Paris

ConflitsAfghanistan: dernière frappe à Kaboul, une «erreur tragique»Afghanistan: dernière frappe à Kaboul, une «erreur tragique»

Top