24.05.2019, 12:47

Embouteillage sur l'Everest: trois alpinistes sont morts

chargement
L'un des alpinistes est mort d'épuisement sur le chemin du retour de l'Everest, après avoir été coincé dans l'embouteillage pendant plus de douze heures. (Archives)

Himalaya Trois alpinistes sont morts jeudi sur les pentes de l'Everest, victime d'embouteillages mortels dus à une fréquentation en hausse. Au total, depuis le début de la saison, seize personnes sont décédées sur les différents sommets de l'Himalaya depuis le début de la saison, dont sept en s'attaquant à l'Everest.

Trois nouveaux alpinistes ont péri sur l'Everest, ont annoncé vendredi les autorités et des organisateurs d'expéditions. Ces décès portent à sept le nombre de morts cette saison sur le toit du monde dont la fréquentation croissante crée de dangereux embouteillages.

La haute saison bat actuellement son plein sur la montagne de 8848 mètres, au point que des embouteillages d'alpinistes se forment à proximité du sommet où l'oxygène se raréfie. Entre fin avril et fin mai, la météo offre une courte fenêtre de conditions moins extrêmes et plus propices à l'ascension.

Une Indienne de 52 ans avait atteint jeudi après-midi le sommet, mais elle est décédée tandis qu'elle descendait. Un autre grimpeur indien, âgé lui de 27 ans, a aussi trouvé la mort sur le chemin du retour.

Le jeune homme "était coincé dans l'embouteillage pendant plus de douze heures et était épuisé. Des guides sherpas l'ont ramené au camp 4, mais il a rendu son dernier souffle là-bas", a relaté Keshav Paudel de l'agence Peak Promotion.

De l'autre côté de la montagne, un alpiniste autrichien de 65 ans est mort sur la voie tibétaine, moins fréquentée que la népalaise, a annoncé son organisateur d'expédition.

"Zone de la mort"

Des photos impressionnantes montraient ces derniers jours une longue queue d'alpinistes emmitouflés piétinant en crampons les uns derrière les autres sur l'arête située entre la cime et le col Sud, où se trouve l'ultime campement du versant népalais.

 

 

Selon les experts, cet encombrement est dû aussi bien à la multiplication de permis qu'au nombre réduit de fenêtres météo favorables pour monter au sommet cette année. Toutes les expéditions lancent donc l'assaut final les mêmes jours.

A cette altitude extrême, l'oxygène se fait plus rare dans l'atmosphère et les sportifs doivent généralement recourir à des bouteilles d'oxygène pour parvenir au bout de leur ascension. Une altitude supérieure à 8000 mètres au-dessus du niveau de la mer est considérée comme la "zone de la mort".

Rester longtemps dans cette zone "augmente les risques de gelures, de mal des montagnes et même de mort", a expliqué à l'AFP Ang Tsering Sherpa, ex-président de l'Association d'alpinisme du Népal. L'an dernier, cinq personnes avaient perdu la vie sur l'Everest.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Hiver rudeHimalaya: au moins 300 yaks sont morts de faim cet hiverHimalaya: au moins 300 yaks sont morts de faim cet hiver

InsoliteHimalaya: une chienne errante rejoint un groupe d’alpinistes et gravit un «7’000 mètres»Himalaya: une chienne errante rejoint un groupe d’alpinistes et gravit un «7’000 mètres»

chaudRéchauffement: le "troisième pôle", les glaciers de l'Himalaya et de l'Hindu Kouch, fond à vitesse grand VRéchauffement: le "troisième pôle", les glaciers de l'Himalaya et de l'Hindu Kouch, fond à vitesse grand V

drameNépal: au moins 9 personnes meurent dans une tempête de neige au mont Gurja, dans l'HimalayaNépal: au moins 9 personnes meurent dans une tempête de neige au mont Gurja, dans l'Himalaya

ExploitHimalaya: Andrzej Bargiel devient le premier homme à descendre le K2 à skisHimalaya: Andrzej Bargiel devient le premier homme à descendre le K2 à skis

Top