26.03.2018, 17:25

Données dérobées: enquêtes ouvertes à l'encontre de Facebook aux Etats-Unis et en Allemagne

chargement
L'Allemagne a ouvert lundi une enquête sur l'utilisation des données de Facebook par des sites partenaires.

Données L'Allemagne et les USA s'attaquent au réseau social de Mark Zuckerberg. Ils ont ouvert lundi une enquête relative à l'utilisation des données de Facebook par des sites partenaires.

Le régulateur américain du commerce (FTC) a confirmé qu'il avait ouvert une enquête sur la protection des données privées par Facebook. Cette annonce intervient à la suite des révélations de l'usage par la firme britannique Cambrige Analytica des données privées de dizaines de millions d'utilisateurs du réseau social à leur insu.

"La FTC prend très au sérieux les récentes publications de presse s'inquiétant des pratiques de Facebook en matière de protection de la vie privée", a indiqué lundi Tom Pahl, le directeur par intérim du Bureau de protection des consommateurs de l'organisation, cité dans un communiqué.

"La FTC confirme qu'elle a ouvert une enquête relative à ces pratiques", a-t-il ajouté, alors même que l'organisation refuse d'habitude de commenter ses investigations.

"La FTC est fermement et entièrement décidée à utiliser tous les outils dont elle dispose pour protéger la vie privée des consommateurs", a poursuivi l'agence officielle.

Actions inéquitables

Elle précise notamment qu'elle peut agir contre des entreprises "qui ne respectent pas leurs engagements sur (le respect de) la vie privée, notamment le fait de respecter le +Privacy Shield+ (ndlr: accord entre les Etats-Unis et l'Union européenne), ou qui sont impliquées dans des actions inéquitables au détriment des consommateurs", est-il précisé.

La FTC a ajouté que les entreprises ayant précédemment signé un accord amiable avec elle "doivent également respecter les obligations énoncées par la FTC concernant la sécurité de la vie privée et des données".

Facebook avait signé un accord avec la FTC en 2011, mettant fin aux accusations selon lesquelles il avait trompé les consommateurs en leur disant que leurs informations personnelles sur Facebook restaient privées, alors qu'il les avait partagées.

Enquête allemande

Parallèlement, l'Allemagne a aussi ouvert lundi une enquête sur l'utilisation des données de Facebook. Et la ministre de la Justice a convoqué des dirigeants du premier réseau social mondial pour une réunion sur les questions de confidentialité.

Andreas Mundt, le président de l'Office des cartels allemand, a déclaré au journal Tagesspiegel que les utilisateurs de Facebook ignoraient tout de la quantité des informations qui circulent sur le réseau social lorsqu'ils visitent des sites tiers affiliés au groupe américain.

L'autorité de la concurrence allemande cherche à déterminer d'éventuels abus en lien avec "la collecte et le traitement des données provenant de sources tierces en dehors de Facebook", a-t-il dit dans une interview, dont des extraits ont été publiés lundi.

En février, l'Office des cartels allemand avait déjà ouvert une enquête sur la publicité en ligne, évoquant les inquiétudes des acteurs du secteur face à la position "importante" occupée par Google et Facebook. L'an dernier, il a accusé Facebook d'abuser de sa position dominante sur le marché pour recueillir les données de ses utilisateurs sans leur consentement.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

polémiqueFacebook: appels téléphoniques et SMS enregistrés sans autorisationFacebook: appels téléphoniques et SMS enregistrés sans autorisation

ScandaleScandale Facebook: les locaux de Cambridge Analytica à Londres perquisitionnésScandale Facebook: les locaux de Cambridge Analytica à Londres perquisitionnés

RÉSEAUX SOCIAUXLes profils Facebook suisses  ne sont pas à l’abriLes profils Facebook suisses  ne sont pas à l’abri

polémiqueDonnées volées sur Facebook: Mark Zuckerberg reconnaît que sa société a commis des erreursDonnées volées sur Facebook: Mark Zuckerberg reconnaît que sa société a commis des erreurs

Top