12.09.2019, 08:16

Cuba: puni par les Etats-Unis, le pays est touché par une pénurie d’essence

chargement
A cause de la pénurie d'essence, les Cubains vont devoir réduire l'utilisation des transports publics. (illustration)

Mesures économiques La population cubaine devra se serrer la ceinture ces prochaines semaines. Le président Miguel Diaz-Canel a reconnu mercredi que son pays manquait d’essence en raison des sanctions américaines. Différentes mesures restrictives sont redoutées.

Réduction de l’activité et du transport public, probables coupures électriques programmées: le président cubain Miguel Diaz-Canel a reconnu mercredi que son pays manque d’essence en raison des sanctions américaines, ce qui va obliger la population à des mesures d’économies dans les prochaines semaines.

«Entre hier (mardi) et le 14 septembre (samedi) il n’y a pas d’entrée de carburant» sur l’île, a prévenu le président socialiste, qui intervenait en direct à la télévision d’Etat. Un navire pétrolier effectuera une livraison samedi puis d’autres «à la fin du mois». «En octobre nous reviendrons à une situation relativement normale», a-t-il promis.

Pour La Havane, le coupable de cette situation est Washington, qui n’a cessé ces derniers mois de renforcer son embargo, en vigueur depuis 1962, afin de forcer Cuba à renoncer à son soutien au gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro.

En particulier, le Trésor américain a sanctionné à plusieurs reprises des bateaux transportant vers l’île du pétrole du Venezuela, principal fournisseur de brut de Cuba. Ce climat répressif a découragé d’autres navires d’effectuer des livraisons vers La Havane, a reconnu le président Diaz-Canel.

«Les Etats-Unis veulent nous couper les vivres pour nous arracher des concessions politiques», a-t-il dénoncé. Mais «ici, personne ne se rend (…). Ces temps-ci, c’est la patrie ou la mort», a-t-il martelé.

«Pas en Période spéciale»

Ces derniers jours, de nombreux habitants avaient signalé une situation chaotique, dans les rues de La Havane notamment, avec très peu de bus et de taxis en circulation. Le pays, en crise économique, souffre déjà depuis des mois de pénuries de certains aliments dans les supermarchés.

Cuba produit la quasi-totalité de son électricité avec du pétrole, mais le chef de l’Etat a assuré mercredi que la production locale de brut permettait de couvrir «près de 40% de la consommation» de carburant, «en incluant la production électrique» également.

«La situation actuelle est conjoncturelle et simplement énergétique», a tenu à rassurer le président, avant d’affirmer: «Nous ne sommes pas en Période spéciale».

La Période spéciale désigne la grave crise économique traversée par Cuba dans les années 1990, après la chute de l’URSS qui était son principal soutien financier.

Elle est de triste mémoire pour une grande partie de la population : brusquement privé de ce «grand frère» qui accaparait 85% de son commerce extérieur, le pays s’était retrouvé à l’arrêt, avec des pénuries de carburant et d’aliments, ce qui avait entraîné l’apparition de maladies incurables comme la polynévrite, causée par la malnutrition, et l’exode de 45’000 habitants à l’été 1994.

Horaires adaptés, trains supprimés

Face à ce manque d’essence, «il faut penser et agir différemment», a dit le président, appelant à la «créativité» et aux «mesures efficaces (d’économie) de la Période spéciale», comme l’adaptation des horaires de travail pour éviter les heures de pointe dans les transports et la consommation d’électricité. Dans l’agriculture, l’«usage de la traction animale» sera privilégié.

Il a promis qu’il n’y aurait pas de coupures électriques programmées jusqu’à dimanche, et qu’ensuite, s’il devait y en avoir, elles seraient annoncées suffisamment à l’avance.

«Les activités qui consomment beaucoup d’énergie seront réduites et, dans certains cas, arrêtées», a précisé le ministre de l’Economie Alejandro Gil Fernandez, présent aux côtés du président.

Mais il a promis de tout faire pour que cela n’affecte pas la croissance du pays: «Nous travaillons pour que les problèmes d’énergie soient minimaux et que cela ne détériore pas le PIB».

Le manque de carburant touchera principalement la distribution de marchandises, le transport public et de travailleurs, ainsi que la production d’électricité, avec la priorité donnée aux secteurs les plus importants.

Le ministre des Transports Eduardo Rodriguez, également présent, a ainsi précisé que moins de trains circuleraient dans l’île, mais que les opérations portuaires et aéroportuaires seraient assurées.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ClimatEnvironnement: un quart de la population mondiale est en situation de pénurie d’eauEnvironnement: un quart de la population mondiale est en situation de pénurie d’eau

ClimatFuture taxe sur le CO2: le prix de l'essence et des billets d'avion à la hausseFuture taxe sur le CO2: le prix de l'essence et des billets d'avion à la hausse

Droits de douaneGuerre commerciale: Washington et Pékin annoncent une pause dans la guerre des taxes douanièresGuerre commerciale: Washington et Pékin annoncent une pause dans la guerre des taxes douanières

Apaisement entre Washington et Pékin

La Chine et les États-Unis ont annoncé ce mercredi une trêve dans leur guerre commerciale qui les oppose depuis...

  12.09.2019 07:30

IntempériesCuba: une puissante tornade fait au moins 3 morts et 172 blessés à La HavaneCuba: une puissante tornade fait au moins 3 morts et 172 blessés à La Havane

Top