25.02.2019, 22:01

Brexit: l'UE accorde un délai supplémentaire, le Parti travailliste pour un nouveau référendum

chargement
L'issue du Brexit est toujours aussi incertaine.

Négociations L'Union européenne est prête à accorder un délai supplémentaire au Royaume-Uni pour qu'il décide des modalités du Brexit. De son côté, le Parti travailliste britannique veut un second référendum.

L'Union européenne a ouvert la porte lundi à un délai supplémentaire pour le Brexit, au-delà de la date limite du 29 mars, estimant qu'il s'agirait d'une solution "rationnelle" face à la crise politique au Royaume-Uni sur les modalités de ce divorce.

Le président du conseil européen Donald Tusk a précisé lundi qu'il avait discuté avec Mme May du "contexte juridique et procédural d'une possible extension" du délai, lors d'une rencontre avec la Première ministre en marge du sommet UE-Ligue arabe à Charm el-Cheikh (est de l'Egypte).

"Je pense que, compte tenu de la situation dans laquelle nous nous trouvons, un délai supplémentaire serait une solution rationnelle", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à l'issue de deux jours de sommet.

L'UE et ses 27 autres membres ont jusqu'à présent douché les efforts de Mme May visant à ouvrir de nouveau les négociations sur le Brexit conclues en novembre dernier avec le gouvernement britannique.

Dimanche, lors de la conférence de presse, M. Tusk a affirmé avoir dit à Mme May que "quel que soit le scénario, les 27 montreront un maximum de compréhension et de bonne volonté".

May reste ferme

Mais la Première ministre britannique estime pouvoir éviter le scénario d'un délai supplémentaire. "J'ai un vrai sentiment, sur la base des réunions que j'ai eues ici et des conversations que j'ai eues ces derniers jours, que nous pouvons parvenir à cet accord", a-t-elle déclaré à la presse à Charm el-Cheikh.

Provoquant une levée de boucliers au Royaume-Uni, Mme May a différé dimanche "d'ici au 12 mars" un vote des députés britanniques sur l'accord de Brexit. Elle affirme vouloir se donner plus de temps pour tenter de renégocier le texte avec Bruxelles avant la date butoir actuelle du 29 mars.

 

Le Labour pour un 2e référendum

Le Parti travailliste, principal parti d'opposition, a répliqué en annonçant qu'il allait soutenir au Parlement un amendement favorable à un second référendum pour "éviter le Brexit destructeur" des conservateurs, un soutien que son chef Jeremy Corbyn s'était jusqu'ici refusé à accorder.

Un communiqué du Labour précise que le parti va d'abord déposer un amendement réclamant le maintien du pays dans une Union douanière avec l'UE après le Brexit. Si cet amendement est rejeté, il prévoit d'en déposer un autre réclamant un second référendum, après celui de juin 2016 ayant décidé le Brexit.

Le Labour n'a pas précisé à quel moment il comptait présenter cet amendement.

 

Les milieux économiques britanniques ont de leur côté déploré que "chaque jour sans accord signifie moins d'investissements et moins d'emplois créés", selon Josh Hardien, directeur général adjoint du CBI, principale organisation patronale.

Theresa May avait précédemment indiqué se laisser jusqu'à ce mardi pour trouver une issue sur le Brexit.

ATS

À lire aussi...

AccordBrexit: droits de la libre circulation garantis aux Suisses et aux Britanniques après le BrexitBrexit: droits de la libre circulation garantis aux Suisses et aux Britanniques après le Brexit

Suisse - Grande-BretagneAccord sur le commerce: la Suisse et la Grande-Bretagne règlent leurs relations pour l'après-BrexitAccord sur le commerce: la Suisse et la Grande-Bretagne règlent leurs relations pour l'après-Brexit

PolitiqueRoyaume-Uni: fondation d'un "Parti du Brexit" soutenu par l'eurodéputé Nigel FarageRoyaume-Uni: fondation d'un "Parti du Brexit" soutenu par l'eurodéputé Nigel Farage

BrexitRoyaume-Uni: les députés sont privés de vacances pour mettre en oeuvre le BrexitRoyaume-Uni: les députés sont privés de vacances pour mettre en oeuvre le Brexit

tenduRoyaume-Uni: le Parlement exclut, de justesse, la possibilité d’un Brexit sans accordRoyaume-Uni: le Parlement exclut, de justesse, la possibilité d’un Brexit sans accord

Top