12.10.2009, 08:10

«Avec la chute du Mur, nous avons perdu une bataille»

chargement
Par LAURE-ANNE PESSINA

Anne Polikeit est Allemande et communiste. Enseignante à la HE-Arc, elle revient sur les événements de 1989 et ses conséquences.

Le 9 novembre 1989, les télévisions du monde entier diffusent les images de la destruction du Mur de Berlin, ultime symbole de la guerre froide. Débarrassés du «Mur de la honte», les citoyens jubilent. Tous? Non, car avec ce rempart périssent les idéaux caressés par les militants communistes allemands. Parmi eux, Anne Polikeit, 42 ans, qui vivait alors avec sa famille à Wuppertal, en RFA. Aujourd'hui domiciliée en Suisse, où elle exerce en tant que professeure à la Haute Ecole Arc à Saint-Imier, tout en étant membre du POP bernois, elle se souvient de l'évènement qui a entraîné, deux ans plus tard, la chute de l'Union soviétique.

Comment viviez-vous la séparation de l'Allemagne, avant la chute du Mur?

J'ai toujours vécu avec le Mur, c'était quelque chose de naturel pour moi. Je considérais la RDA et la RFA comme deux pays distincts. Nous résidions en Allemagne de l'Ouest car mon père voulait vivre dans la région qui l'a vu grandir. Ayant de la famille en Allemagne de l'Est, il m'est arrivé de franchir la frontière, pendant les vacances. La traversée était plus facile pour nous, Allemands de la RFA, que pour nos proches.

L'orientation politique de votre famille suscitait-elle des critiques en Allemagne de l'Ouest?

Les communistes n'étaient pas bien vus en RFA, il est vrai. Etant petite, mes parents m'emmenaient souvent aux manifestations socialistes, et je me souviens avoir entendu des gens nous dire: «Partez à l'Est!» D'autant plus que mon père travaillait pour le parti en tant que journaliste. Certaines professions de service public comme l'enseignement ou la distribution de courrier, étaient par ailleurs difficilement accessibles aux communistes.

Quand avez-vous commencé à militer pour le parti?

A l'âge de 14 ans, je me suis inscrite dans les jeunesses communistes (Sozialistische Deutsche Arbeiterjugend), une organisation qui existe toujours. Mon frère en faisait déjà partie à l'époque, et toute ma famille était engagée politiquement. Dans le socialisme, on dit que «ceux qui luttent peuvent perdre, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu».

Comment avez-vous vécu la chute du mur, en novembre 1989?

Cet évènement n'est pas tombé du ciel. Vu l'état de crise, nous étions conscients que quelque chose devait changer, c'était inévitable! Seulement, nous aurions préféré une autre solution que l'ouverture du Mur, qui signifiait l'abandon d'un pouvoir socialiste. Nous avons vécu cela comme un échec. Une bataille a été perdue. Mon père s'est retrouvé au chômage et ma mère, qui travaillait pour des organisations socialistes, a dû trouver un autre emploi.

Quel regard portez-vous sur la situation actuelle en Allemagne, 20 ans après ces évènements?

La situation s'est aggravée pour le peuple dans toute l'Allemagne, et la société s'est individualisée. Les personnes ayant vécu en RDA ont perdu une certaine sécurité sociale et le chômage est très présent, ce qui fait fuir les jeunes. Il y a par ailleurs toujours une différence entre l'Est et l'Ouest. Le nombre d'heures de travail est par exemple plus élevé du côté oriental.

Quelle solution préconisez-vous?

On observe à l'heure actuelle une sorte de nivellement vers le bas. Or, pour plus de prestations sociales, il faut un système socialiste. Par le passé, certains pays socialistes ont fait des erreurs et même parfois commis des crimes. Mais ils ont au moins montré qu'il existe une alternative au capitalisme.

Vous vous dites communiste, pourtant votre situation professionnelle est aisée…

Ma situation, qui n'est pas absolument sûre, ne m'empêche pas de voir ce qui se passe dans le monde. Mon frère est au chômage et j'ai moi-même été confrontée à des périodes difficiles. «Le poème aux jeunes» de Bertolt Brecht, résume bien ma pensée (elle lit): «C'est vrai: je gagne encore de quoi vivre. Mais croyez-moi: c'est pur hasard. Manger à ma faim, Rien de ce que je fais ne m'en donne le droit. Par hasard je suis épargné.» Il n'y a pas que l'argent qui définit ma qualité de vie et si, dans un système socialiste, je devais vivre avec moins de confort, cela ne me dérangerait pas. Je gagnerais d'autres choses. /LAP

L'espoir a laissé place au cynisme ou à la résignation

ANALYSE - Par Daniel Droz

Que reste-t-il de ces moments d'euphorie, de cette joie ressentie lorsqu'est tombé le Mur? Un goût amer? Certainement. Juillet 1990. Retour à Berlin. Trois ans après une première visite. A proximité de l'avenue Unter den Linden, située à l'Est, le magasin de disques de Musique classique a disparu. C'est une grande marque de moto japonaise qui l'a remplacé. L'image a aujourd'hui valeur de symbole.

L'effondrement des régimes communistes liberticides avait suscité bien des espoirs. Aujourd'hui, l'Europe est presque entièrement unie. Aux grandes idées ont toutefois succédé les désillusions. Dans la foulée de la débâcle de l'Union soviétique et de ses pays satellites, l'ex-Yougoslavie a subi les affres d'une guerre civile. Les pires exactions y ont été commises sous les yeux d'une Europe amorphe. Le modèle de Tito n'a pas résisté aux poussées nationalistes.

Les anciennes républiques populaires ont cédé aux sirènes de l'ultralibéralisme. Pas seulement. Le nationalisme a repris de la vigueur en Hongrie et en Pologne, notamment. La défunte Allemagne de l'Est ploie sous le poids du chômage. Les électeurs n'hésitent plus à frayer avec les néo-nazis.

Le constat est donc amer. En 20 ans, rien n'a été expérimenté. L'Europe s'est contentée d'agréger. Elle est maintenant en panne d'idées et de souffle. La crise économique n'arrange pas les choses. La Russie? Le régime actuel tente de retrouver le lustre de l'Union soviétique. Il use de moyens définitifs pour faire taire les rares voix qui s'élèvent contre ses excès. Quant aux milliardaires, ils n'ont jamais été aussi nombreux.

Vingt ans après. Les larmes de joie sont séchées depuis longtemps. Le cynisme ou la résignation semblent avoir pris le pas sur l'espoir.

Pour beaucoup d'Allemands de l'Est, le tournant a été définitivement pris le 9 octobre à Leipzig

Si le Mur de Berlin est tombé le 9 novembre, pour bon nombre d'Allemands de l'Est, la journée décisive s'est déroulée le 9 octobre à Leipzig. Ce jour-là, des milliers de manifestants ont défilé dans les rues, sans que les forces de l'ordre n'interviennent. L'écrivain Ingo Schulze, qui a participé à l'événement l'écrit dans «Libération»: «Nous étions devenus plus libres, plus joyeux, plus résolus que jamais.» /réd


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 12 aoûtCoronavirus: toutes les nouvelles du mercredi 12 août

Persona non grataRéseaux sociaux: après Facebook, YouTube et Instagram, Dieudonné est banni de TikTokRéseaux sociaux: après Facebook, YouTube et Instagram, Dieudonné est banni de TikTok

Dieudonné aussi banni de TikTok

Dieudonné se retrouve toujours plus isolé sur la toile. La plateforme TikTok a à son tour banni le polémiste français...

  12.08.2020 20:31

ProtestationsBélarus: un Suisse arrêté en marge des manifestations anti-LoukachenkoBélarus: un Suisse arrêté en marge des manifestations anti-Loukachenko

AccidentEcosse: le déraillement d’un train fait trois morts et six blessésEcosse: le déraillement d’un train fait trois morts et six blessés

Yémen: des inondations meurtrières font 172 mortsYémen: des inondations meurtrières font 172 morts

Top