Arménie: prise d'otage dans un commissariat d'Erevan, un policier tué

chargement

Prise d'otage Dimanche, la capitale d'Erevan est secouée par une prise d'otage dans un commissariat de police. Les hommes armés réclament la libération d'un dirigeant de l'opposition et invitent les arméniens au soulèvement.

  17.07.2016, 11:56
Les preneurs d'otages réclamaient la démission de Serj Sargsian et ont fait état de blessés dans les rangs des policiers et des assaillants.

Un policier a été tué dimanche lors de l'attaque d'un bâtiment de la police à Erevan, capitale de l'Arménie, par un groupe armé lié à un leader d'opposition emprisonné. Le groupe exige la démission du président arménien et a pris plusieurs personnes en otage.

Deux personnes ont été blessées dans une fusillade, et des négociations ont été engagées ensuite pour tenter de trouver une issue pacifique, ont fait savoir les services de sécurité.

 

 

Un parlementaire qui a pu rencontrer les preneurs d'otage, Nikol Pachinian, a dit à la presse que le groupe avait d'abord pris huit otages, mais en avait ensuite libéré un qui souffrait de problèmes de Santé. Selon des agences de presse arméniennes, il reste sept ou huit personnes aux mains des assaillants, à l'intérieur du commissariat cerné par des véhicules blindés.

 

 

"Nous faisons ça pour vous"

Le groupe a publié une vidéo sur Facebook, appelant les Arméniens à descendre dans la rue pour manifester contre le gouvernement. Les images montrent plusieurs hommes en gilets pare-balles et armés de kalachnikovs ainsi que des otages.

"Nous faisons ça pour vous. Descendez dans la rue! Nous demandons la libération de tous les prisonniers politiques", déclare l'un des assaillants dans la vidéo. "Rejoignez-nous! Pour le moment, nous tenons les positions. Nous allons tenir aussi longtemps que nous le pouvons", affirme un autre.

 

 

Libération d'un opposant demandée

Les preneurs d'otages réclament notamment la libération de Jirair Sefilian, dirigeant de l'opposition et ancien commandant militaire.

M. Sefilian, dirigeant d'un petit groupe d'opposition, et six de ses partisans ont été arrêtés en juin, accusés par les autorités de se préparer à s'emparer de plusieurs bâtiments publics et de télécommunications à Erevan.

Critique féroce du gouvernement, M. Sefilian avait déjà été arrêté en 2006 et emprisonné pour 18 mois après avoir appelé à "renverser le gouvernement par la violence". L'an dernier, il avait de nouveau été arrêté, avec plusieurs de ses partisans, de nouveau sur des soupçons de préparation de coup d'Etat, mais avait été relâché peu après.

Le Haut-Karabakh en question

Jirair Sefilian reproche notamment au président arménien, Serj Sargsian, sa gestion du conflit entre séparatistes pro-arméniens et forces azerbaïdjanaises dans la région du Haut-Karabakh, où une trêve a mis fin le 5 avril au pire regain de combats depuis des années.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Génocide arménienFrance: la contestation du génocide arménien pénaliséeFrance: la contestation du génocide arménien pénalisée

Génocide arménienGénocide arménien: "la mémoire ne peut pas être étouffée", rappelle le pape FrançoisGénocide arménien: "la mémoire ne peut pas être étouffée", rappelle le pape François

HistoireAllemagne: les députés votent en faveur de la reconnaissance du génocide arménienAllemagne: les députés votent en faveur de la reconnaissance du génocide arménien

Top