23.10.2019, 07:45

Les animaux mâles sont sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle

chargement
Sur le vaste échantillon analysé, 40% des oiseaux et 48% des mammifères, en moyenne, sont des femelles (Illustration).

Sexisme Une étude publiée ce mercredi démontre que les animaux mâles sont plus représentés que les femelles dans les musées d'histoire naturelle. Près de 2,5 millions d'oiseaux et de mammifères ont été analysés par des chercheurs pour en arriver à cette conclusion.

Les stéréotypes sexistes infiltrés jusque dans les musées d'histoire naturelle: les mâles oiseaux et mammifères sont sur-représentés dans leurs collections, ce qui est susceptible de biaiser les recherches menées à partir des ces spécimens, révèle une étude mercredi.

Une équipe de chercheurs a analysé près de 2,5 millions de spécimens d'oiseaux et de mammifères collectés par cinq grands musées (Londres, Paris, New York, Washington et Chicago) depuis le XVIIIe siècle, pour la plupart via la chasse et le piégeage.

Pourquoi cette démarche inédite ? «Nous nous intéressions aux préjugés de genre dans le milieu scientifique, où il y a par exemple une sur-représentation de chercheurs hommes blancs aux postes haut gradés. Aussi trouvions-nous intéressant de voir si ce biais masculin se retrouvait dans les collections des musées», explique à l'AFP Natalie Cooper, chercheuse au museum d'histoire naturelle de Londres et auteure principale de l'étude publiée dans Proceedings of Royal Society B.

Chasse orientée

Sur le vaste échantillon analysé, quand le sexe est identifié, 40% des oiseaux et 48% des mammifères, en moyenne, sont des femelles. Ce pourcentage varie en fonction des classifications, et s'avère particulièrement faible dans de nombreux nombreux cas, comme certains passereaux (9,7% de femelles), gobe-mouches noirs (11,5%), chauve-souris (9,9%), ovins (24%), belettes (24%)...

Ces disproportions seraient issues d'une sélection délibérée au moment de la chasse, parce qu'orientée vers les espèces où les mâles sont une cible plus visible: plus impressionnants en taille (ongulés), avec des ornements plus colorés (l'oiseau de paradis), des traits plus saillants (bois des cerfs)...

Mais la sélection peut être aussi «accidentelle» si les animaux sont collectés par piégeage, dépendant du comportement des mâles, ou s'il est difficile de distinguer les deux sexes, ou tout simplement quand la population mâle est plus importante, poursuit l'étude.

Pas un tableau complet

L'inégalité dans les collections est susceptible d'affecter plusieurs disciplines comme la taxonomie (classification des espèces), où le sexe sous-représenté est plus dur à distinguer, la génomique, où les gènes varient en fonction du sexe, la parasitologie, où les mâles résistent globalement moins aux infections, etc...

«En ignorant les femelles, nous n'avons pas un tableau complet du vivant; or cela est essentiel pour prédire, entre autres, comment la taille des corps pourrait répondre au changement climatique», souligne Natalie Cooper. «Regardez comment les femelles sont considérées comme chastes, soumises aux mâles, sans contrôle de leur accouplement. Cela reflète des stéréotypes de genre chez les humains au XIXe siècle, pas la réalité dans la nature», fait-elle valoir.

Au XIXe siècle, les personnes chargées des collections dans les musées étaient «pour l'essentiel des hommes». Et si la sociologie a changé depuis, «cela ne s'est pas reflété dans les collections», déplore-t-elle.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

LaboratoiresSciences: les expérimentations animales les plus dures ne seront pas interdites en SuisseSciences: les expérimentations animales les plus dures ne seront pas interdites en Suisse

MaladieSciences: des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectéesSciences: des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées

PhilippinesSciences: une nouvelle espèce humaine découverte aux PhilippinesSciences: une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines

Nouvelle espèce humaine découverte

Mercredi, une nouvelle espèce humaine a été découverte aux Philippines, sur l’île de Luçon. L’Homo luzonensis, vieux de...

  11.04.2019 07:06

AnimauxSciences: les chèvres préfèrent les gens heureuxSciences: les chèvres préfèrent les gens heureux

NatureNeuchâtel: le musée d’histoire naturelle lance un concours de photo animalièreNeuchâtel: le musée d’histoire naturelle lance un concours de photo animalière

Insolite«Comment sauver un mouton allongé sur le dos»: la vidéo d’un vétérinaire fait le buzz«Comment sauver un mouton allongé sur le dos»: la vidéo d’un vétérinaire fait le buzz

Top