03.08.2015, 09:16

Trois magiciens exaucent nos vœux les plus zygomatiques

chargement
Par vincent adatte

Après avoir connu le succès sur scène, la Canadienne Fiona Gordon et le Belge Dominique Abel se sont adjoint les services du Normand Bruno Romy pour restituer leur «vis comica» sur grand écran. Après «Rumba (2008), qui racontait une histoire d'amour contrariée liant deux instituteurs de campagne épris de danse latino, ce trio récidive avec «La fée», leur troisième long métrage, chef-d'œuvre d'observation comique, truffé de gags à combustion lente hérités du Muet. Rencontrés à Bienne, dans le cadre du Festival du film français, les trois magiciens ont un peu levé le voile sur leurs tours de magie cinématographique.

Mais, tout d'abord, pour Fiona Gordon, «le cinéma a permis de renouveler avec d'autres moyens une créativité un peu fatiguée par presque trente ans de tournées.» S'inspirant des plus grands clowns du cinéma burlesque (Keaton, Chaplin, Jerry Lewis, Peter Sellers, Pierre Etaix), Dominique Abel décrit le processus de création qui reprend un peu la technique chère au créateur de Charlot, guère compatible avec l'exigence d'efficacité qui sied à notre époque. «C'est simple», explique-t-il, «nous nous permettons le luxe du temps. Dans notre atelier, à Bruxelles, nous cherchons des situations comiques devant la caméra. Le soir, nous regardons ce qui a été filmé. On voit tout de suite si c'est habité ou non! Et l'on recommence le lendemain, jusqu'à ce que ça marche!» C'est ainsi que s'est élaborée l'histoire de Dom (D. Abel), réceptionniste rêveur d'un petit hôtel du Havre, qui reçoit la visite d'une fée dégingandée (F. Gordon), laquelle lui fait le coup des trois vœux d'une façon très inédite!

«Une fois prêts», explique Bruno Romy, le plus cinéphile du trio, «nous nous sommes immergés dans la ville où nous avions situé notre action, en l'occurrence Le Havre. On l'a sillonnée, à la recherche de décors et de non-professionnels, jouant souvent leur propre rôle.» Poétique, le résultat transcende la réalité prosaïque, avec des effets spéciaux bricolés «à vue», à mille lieues du désenchantement numérique. Abel revendique complètement ce retour à Méliès: «C'est une manière de rendre complice le spectateur.» Avis aux amateurs, le charme opère à merveille!

Neuchâtel: «La fée», de et avec Fiona Gordon, Dominique Abel et Bernard Romy; Apollo 2.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ConcertLa Chaux-de-Fonds: l’art de larguer les amarres en chansonLa Chaux-de-Fonds: l’art de larguer les amarres en chanson

MusiquePeseux: les Chemins de traverse invitent le public dans leurs «Coulisses»Peseux: les Chemins de traverse invitent le public dans leurs «Coulisses»

GLISSEPlusieurs stations de ski sont partiellement ouvertes dans l’Arc jurassienPlusieurs stations de ski sont partiellement ouvertes dans l’Arc jurassien

ManifestationLe Locle: la bourse à la musique revient pour une deuxième éditionLe Locle: la bourse à la musique revient pour une deuxième édition

FestisubLes profondeurs de la planète attendent les visiteurs de FestisubLes profondeurs de la planète attendent les visiteurs de Festisub

Top