03.08.2015, 08:58

«Rigoletto», un classique réinventé tient le rôle du tueur Sparafucile

chargement
Par CATHERINE FAVRE

Un «Rigoletto» à la fois classique et inédit s'invite dans les arènes d'Avenches du 2 au 16 juillet. Pour cette 17e édition, Eric Vigié, nouveau directeur artistique, fait le pari d'insuffler une brise doucement rafraîchissante au festival. Un défi de taille!

«Rigoletto» est un des monuments de l'art lyrique, joué depuis 160 ans avec succès sur les plus grandes scènes. Les airs fameux de «Caro nome» et plus encore de «La donna è mobile», démultipliés en d'innombrables versions contemporaines, font partie du patrimoine de tout un chacun. Par ailleurs, le drame de Verdi a déjà été à l'affiche d'Avenches en 2001.

Toutefois, le nouveau boss, Eric Vigié, nous promet une version «classique réinventée». Directeur général de l'Opéra de Lausanne depuis 2004, le Français, qui a réussi à rajeunir le public de la vénérable institution, aime surprendre. A Avenches, l'innovation viendra d'un dispositif scénique high-tech sous forme d'une scène tournante placée au milieu des arènes, le tout accompagné d'un jeu d'images filmées et d'effets de lumière spécialement conçus pour l'amphithéâtre romain.

La mise en scène, annoncée comme «baroque», a été confiée au Vénitien Adriano Sinivia, auteur de créations audacieuses à l'Opéra de Paris, entre autres.

Des gages d'exigences au plan musical sont également apportés. Ainsi, c'est l'Orchestre de chambre de Lausanne, sous la baguette de Roberto Brizzi, qui accompagnera les chanteurs. Quant à la distribution, le public découvrira dans le rôle-titre le baryton mexicain Carlos Almaguer; la jeune soprano russe Olga Peretyatko incarnera Gilda, fille du bouffon Rigoletto; le ténor américain Bruce Sledge jouera le ténébreux duc de Mantoue, alors que le tueur à gages Sparafucile sera interprété par le chanteur espagnol, Neuchâtelois d'adoption, Ruben Amoretti.

Arènes d'Avenches
Les 2, 5, 7, 9, 14 et 16 juillet à 21h30. Infos et billetterie:
www.avenchesopera.ch; Avenches Tourisme: tél. 026 676 99 22; TicketCorner 0900 800 800. Action jeunesse: gratuit jusqu'à 16 ans; 50% de 16 à 25 ans. En cas d'annulation ou d'interruption pour mauvais temps, les billets sont intégralement remboursés si le spectacle dure moins de 60 minutes.

«A 18 ans, je disais que je détestais l'opéra...»

L'avis de...
Ruben Amoretti
basse, tient le rôle du tueur Sparafucile


Installé à Neuchâtel depuis 22 ans, vous n'avez pourtant encore jamais chanté à Avenches. Etonnant?

J'étais un peu réticent à l'idée de chanter dans des endroits pareils. J'ai toujours pensé qu'il fallait essayer d'amener le public dans les théâtres et non le contraire. Mais en ce qui concerne Avenches, j'avoue que je me suis trompé. L'acoustique est très bonne, le lieu magnifique et les occasions de rassembler entre 5000 et 6000 spectateurs autour d'un opéra sont rares. Bien sûr, chanter en plein air dans un site aussi immense exige quelques adaptations, les voix ne sont pas amplifiées, elles doivent porter naturellement loin.

Le festival lance cette année une vaste opération séduction à l'égard des moins de 25 ans. Pensez-vous que par ce biais, on peut rajeunir le public de l'art lyrique?

Certainement! Il faut inciter les jeunes à écouter de l'opéra, à venir au spectacle. A 18 ans, je disais que je détestais cela simplement parce que je n'avais jamais entendu d'opéra. N'oublions pas qu'à l'origine, l'art lyrique, tout comme le théâtre, étaient des divertissements populaires, auquel adhéraient tous les publics.

Mais un drame lyrique comme Rigoletto, créé il y a 160 ans, peut-il encore parler au public d'aujourd'hui?

Le but n'est sans doute pas de transposer cette histoire dans la vie d'aujourd'hui, mais de nous entraîner hors du quotidien. Dès les premières notes, nous sommes transportés dans un autre monde, à une autre époque. C'est ce que j'aime dans les productions classiques et le public a aussi besoin de cela.

Après Méphistophélès, vous allez jouer le tueur à gages Sparafucile dans «Rigoletto». Les rôles de méchants vous vont bien?

Comme je suis plutôt gentil dans la vie, j'aime bien ces rôles-là sur scène. Et puis, ces personnages, joués généralement par les basses, sont souvent très intéressants.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FestivitésLe Noirmont: un carnaval plus chaud que jamaisLe Noirmont: un carnaval plus chaud que jamais

PatrimoineUn guide pour partir à la découverte des vitraux de l’artiste loclois LermiteUn guide pour partir à la découverte des vitraux de l’artiste loclois Lermite

A la découverte des vitraux de Lermite

A partir des années 1950, le peintre loclois Lermite a réalisé des œuvres monumentales pour décorer des bâtiments...

  21.02.2020 15:20
Premium

CinémaSamir: «Comme un «Toto» suisse à Dübendorf»Samir: «Comme un «Toto» suisse à Dübendorf»

Jeune publicLe Locle: de drôles d’oiseaux jouent les guides au Château des MontsLe Locle: de drôles d’oiseaux jouent les guides au Château des Monts

Bons plansMétal, rap, electro et chill: on fait la noce ce week-end?Métal, rap, electro et chill: on fait la noce ce week-end?

Top